Le sénateur Duffy était en demande chez les conservateurs

Le sénateur suspendu Mike Duffy fait face à... (PHOTO SEAN KILPATRICK, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le sénateur suspendu Mike Duffy fait face à 31 chefs d'accusations de fraude, d'abus de confiance et de corruption.

PHOTO SEAN KILPATRICK, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jennifer Ditchburn
La Presse Canadienne
Ottawa

Il semble que le sénateur suspendu Mike Duffy était perçu comme un atout par plusieurs conservateurs, selon des documents rendus publics dans le cadre de son procès.

Au moins 74 députés - anciens et actuels - ont demandé à l'ancien journaliste de faire des apparitions à des événements, d'enregistrer des messages pour leurs partisans et même de les suivre en campagne électorale.

M. Duffy aurait travaillé pour des conservateurs de l'Ontario, de la Nouvelle-Écosse et de l'Île-du-Prince-Édouard - avec un succès mitigé puisque plusieurs d'entre eux ont perdu leurs élections.

Le sénateur suspendu aurait notamment aidé à cinq reprises le ministre actuel de l'Emploi et de la Réforme démocratique Pierre Poilievre.

Le journal de Mike Duffy, rédigé entre 2009 et 2012, montre le statut de célébrité dont il bénéficiait au sein de son parti quand il était encore dans ses bonnes grâces. Ces écrits sont utilisés en preuve pour son procès. M. Duffy fait face à 31 chefs d'accusations de fraude, d'abus de confiance et de corruption.

L'avocat de M. Duffy, Donald Bayne, plaide que de telles activités partisanes faisaient partie de ses fonctions de sénateur. Me Bayne a insisté que le Parti conservateur avait encouragé sa participation à ces nombreux événements.

Il a présenté notamment une photo de M. Duffy et du premier ministre Stephen Harper, sur lequel ce dernier le décrivait comme un «bon journaliste et un bon sénateur». M. Harper avait en outre remercié le sénateur à l'époque, qui était «l'une de (ses) meilleures nominations».

À l'été 2009, M. Duffy avait pris part à dix événements politiques en dix-huit jours dans deux provinces et un territoire.

Le temps qu'il avait passé à voyager et à travailler pour ses collègues conservateurs explique probablement pourquoi le parti avait d'abord défendu le sénateur lorsque le scandale des dépenses du Sénat a éclaté. La direction du parti avait même accepté de payer ses frais d'avocats au début des procédures.

Son historique de travail partisan peut aussi démontrer pourquoi il s'était senti trahi lorsqu'il avait été exclu du caucus conservateur en mai 2013 et, plus tard, suspendu du Sénat.

«Je n'ai jamais reçu une seule note du comité des finances du Sénat, ni du leadership qui suggérait que quelque chose ne tournait pas rond avec mes voyages. En fait, ceux qui sont de l'autre côté se rappelleront combien de fois le premier ministre m'a louangé pour tout le voyagement que je faisais», a-t-il déclaré devant le Sénat en octobre 2013.

Bien que le parti ait pris ses distances de M. Duffy, un de ses anciens collègues du caucus qui a parlé sous le couvert de l'anonymat affirme que plusieurs conservateurs ont de l'admiration pour le travail qu'il a effectué.

«Je crois qu'il y a beaucoup de gens qui apprécient le fait que Mike ait fait cette tournée. Il a travaillé fort, il a fait ce qu'il devait faire en aidant les députés. Il était assez bienveillant en terme de temps», a confié cette source.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer