Rage au volant: pris en chasse sur une route et tabassé

Benoit Vézina a été pris en chasse par... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

Benoit Vézina a été pris en chasse par trois assaillants alors qu'il roulait sur la route 241, près de Bromont. Il s'est finalement retrouvé à l'hôpital avec un fémur cassé.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pris en chasse sur une route de campagne par trois jeunes hommes à bord d'une voiture, un sexagénaire s'est retrouvé à l'hôpital, le fémur cassé par ses assaillants. L'histoire de Benoit Vézina a les allures d'une légende urbaine. Pourtant, ce qui lui est arrivé le soir du 10 décembre dernier, sur la route 241 près de Bromont, n'a rien d'irréel et a mené à trois arrestations.

Benoit Vézina a été pris en chasse par... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Benoit Vézina a été pris en chasse par trois assaillants alors qu'il roulait sur la route 241, près de Bromont. Il s'est finalement retrouvé à l'hôpital avec une fracture du fémur.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Pris en chasse sur une route de campagne... (Infographie la presse) - image 1.1

Agrandir

Infographie la presse

«Ça a commencé à un feu de circulation. Les jeunes se sont mis devant moi et ils ont arrêté, alors je les ai dépassés par la gauche. Ils ont mis les hautes et m'ont dépassé pour se mettre devant moi et ralentir encore. »

L'homme de 60 ans revenait d'un souper à Montréal par la route 241. Un chemin qu'il a emprunté des milliers de fois pour rentrer chez lui, à Sutton. Ce samedi-là, vers 23 h, seul au volant de sa camionnette, il s'est retrouvé bien malgré lui dans une course où il avait le rôle de la souris.

« Ils se sont mis à me dépasser par la droite, ralentissaient, attendaient que je les redépasse. C'était vraiment comme le jeu du chat et la souris. Et chaque fois qu'ils me dépassaient, le passager qui était assis derrière lançait des objets sur mon camion », raconte M. Vézina.

Le dernier coup a résonné plus fort que les autres. Soucieux de voir si son camion avait été endommagé, M. Vézina s'est arrêté en bordure du chemin, un peu plus loin. Et il a fait l'erreur de sortir de son véhicule.

« Ils m'ont rattrapé, se sont garés devant mon camion et trois jeunes hommes sont débarqués. Ils m'ont pris et se sont mis à me bardasser, à me pousser. J'étais en mode défensif. Puis, j'ai reçu un coup sur la cuisse. J'ai tout de suite su que j'avais la jambe cassée. Elle était toute croche. »

L'homme raconte qu'en réalisant qu'ils venaient de le blesser sérieusement, les jeunes l'auraient lâché et se seraient enfuis, non sans lui demander son argent.

« J'étais couché dans la voie publique, tout habillé en noir. J'ai rampé jusque devant mon véhicule. Après, j'ai fait 911. Avant que les ambulanciers arrivent, il est passé trois véhicules sans que personne arrête. »

UNE RÉÉDUCATION ET TROIS ARRESTATIONS

M. Vézina ne s'était pas trompé. Son fémur gauche a été fracturé et le skieur a dû subir une opération le lendemain. Résultat : six semaines de béquilles et, ensuite, la rééducation.

« La morale, c'est de ne pas débarquer, mais bon, on a tous un côté impulsif. Et j'aurais dû appeler la police pendant que j'étais dans mon camion, mais dans le feu de l'action, tu n'as pas le temps de regarder ton cellulaire et de conduire », résume-t-il, en saisissant son téléphone pour montrer qu'il n'est pas simple d'accéder rapidement au clavier sur un écran tactile.

«Au moins, la première chose que j'ai faite quand j'étais couché par terre, c'est de prendre le numéro de plaque et le plus de détails possible dans ma tête.»

Benoit Vézina

Il a décrit une voiture grise peu récente, avec un coffre arrière et quatre portes.

Sa vivacité d'esprit et des informations du public lui auront rendu service ; la Sûreté du Québec (SQ) de Brome-Missisquoi - qui confirme avoir ouvert un dossier de rage au volant pour cet événement - a arrêté trois suspects dans la semaine du 21 décembre. Un jeune homme de 18 ans, arrêté à Cowansville, un autre de 20 ans, arrêté à Dunham, et un dernier de 18 ans, à Rougemont. Les trois ont été rencontrés et libérés contre promesse de comparaître. Aucune accusation n'a encore été portée contre eux.

« Je pense que mon histoire a sensibilisé beaucoup de gens, conclut la victime. Je suis assez connu à Sutton et on s'est rendu compte que plusieurs personnes dans le coin avaient vécu des situations semblables. Je ne sais pas si c'étaient les mêmes jeunes, mais au moins, la SQ a arrêté ceux-là », se lance l'éternel positif, qui se promet de reprendre le ski alpin l'an prochain et qui se console en se disant que son genou gauche, qui a subi une reconstruction complète il y a deux ans, a été épargné.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer