Montréal: plusieurs résidences inondées après l'éclatement d'une conduite d'eau

La circulation automobile était interdite tôt ce matin... (PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE)

Agrandir

La circulation automobile était interdite tôt ce matin dans un quadrilatère formé du boulevard Pie-IX, de la 17e Avenue et des rues Jean-Talon Est et Jarry Est.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le bris d'une importante conduite d'eau sur le boulevard Pie-IX à Montréal a inondé des dizaines de résidences dans l'est de Montréal ce matin. Environ 70 000 Montréalais font l'objet d'un avis d'ébullition de l'eau au moins jusqu'à samedi soir.

La carte des endroits touchés par l'avis d'ébullition.... - image 1.0

Agrandir

La carte des endroits touchés par l'avis d'ébullition.

L'incident s'est produit vers 4 h 50 près de l'intersection du boulevard Pie-IX et de la rue Villeray. Une conduite majeure de 48 pouces a éclaté, déversant des milliers de litres d'eau à haute pression. Le Service de sécurité incendie de Montréal (SSIM) a peu après noté que de l'eau s'était infiltrée dans plusieurs sous-sols.

La cause de l'éclatement de la conduite n'est pas encore connue. On sait toutefois que c'est une conduite en béton-acier aménagée en 1961 qui a cédé. Âgée de 54 ans, celle-ci était encore loin d'avoir atteint sa fin de vie utile de 90 ans. «La conduite avait fait l'objet d'une inspection pour la détection de fuites en 2012 et elle ne présentait aucun signe de défaillance ou de bris», a indiqué un porte-parole de la Ville de Montréal, Philippe Sabourin.

La circulation automobile sera perturbée tout au long de la fin de semaine puisque l'intersection du boulevard Pie-IX et Villeray sera fermée au moins jusqu'à lundi matin. La pression de l'eau a en effet endommagé la chaussée et affaibli la structure de l'intersection qui doit être refaite. La pluie annoncée dimanche pourrait également retarder les travaux de repavage qui seront nécessaires.

«L'eau a complètement déformé la chaussée en direction sud. On voit des tas de roches. Et probablement qu'il s'est créé un vide sous la dalle de la chaussée en raison de la pression de l'eau», a indiqué l'élu. Ces vides sont particulièrement dangereux puisqu'ils risquent de provoquer des affaissements de la chaussée, comme celui survenu sur la rue Ste-Catherine en juillet 2013 dans lequel une excavatrice était tombée.

L'événement n'a pas fait de blessé, mais quelque 250 citoyens devront être évacués, selon la mairesse de l'arrondissement Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, Anie Samson. Le périmètre de sécurité érigé par des agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) pourrait être agrandi.

Plusieurs résidences ont eu leur sous-sol inondé, dont 10 de façon plus importante. Les propriétaires de ces immeubles ont 15 jours pour aviser le bureau des réclamations de la ville s'ils comptent réclamer un dédommagement. Ils auront ensuite 6 mois pour compléter leur demande. S'ils ont subi des blessures, le délai de prescription est plutôt de 3 ans. On ne rapporte toutefois aucun blessé pour le moment.

Un centre d'hébergement temporaire a été mis en place au Patro Le Prévost pour les gens dont le logement a été inondé. Personne ne s'y est toutefois présenté.

Avis d'ébullition

À la suite de ce bris de conduite, trois arrondissements ont décrété un avis d'ébullition de l'eau sur une partie de leur territoire. Cet avis sera en vigueur jusqu'à samedi soir, le temps de mener les tests nécessaires sur la qualité de l'eau.

Cet avis touche les citoyens de Villeray-St-Michel-Parc-Extension et Rosemont-La-Petite-Patrie vivant dans le quadrilatère formé par les rues Crémazie, Rosemont, Pie-IX et St-Michel. Dans Saint-Léonard, il concerne les citoyens vivant dans le quadrilatère formé par l'Autoroute Métropolitaine, le boulevard des Grandes-Prairies, le boulevard Provencher et la rue Pascal Gagnon. La Ville évalue à 70 000 le nombre de personnes ainsi touchées par l'avis d'ébullition.

Ces Montréalais doivent ainsi faire bouillir leur eau pendant au moins une minute avant de la consommer ou utiliser de l'eau embouteillée.

«C'est sûr qu'on ne trouve pas ça drôle, c'est un tuyau de 48 pouces, mais on va attendre les résultats de l'enquête pour comprendre ce qu'il s'est passé. Mais la première chose c'était de s'assurer que tout était correct du côté des résidents. Dès les premières heures, j'ai demandé à Anie (Samson) d'aller sur le terrain et je comprends que là tout est sous contrôle. Il y a un avis d'ébullition évidemment, c'est normal. Par la suite les gens pourront découvrir ce qu'il s'est passé», a déclaré le maire Denis Coderre.

- Avec Daphné Cameron

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer