Un troisième Canadien arrêté pour terrorisme

Suliman Mohamed, né en février 1993 à Ottawa,... (PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK)

Agrandir

Suliman Mohamed, né en février 1993 à Ottawa, est le troisième suspect en trois jours intercepté en raison d'activités terroristes. La photo a été mise en ligne en 2011.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a arrêté lundi un homme de 21 ans qui aurait conspiré en vue de participer à une activité terroriste avec les frères jumeaux Ashton et Carlos Larmond, formellement accusés la fin de semaine dernière d'avoir facilité et participé à une activité terroriste.

Suliman Mohamed, né en février 1993 à Ottawa, est ainsi devenu le troisième suspect en autant de jours à être intercepté en raison d'activités terroristes.

Le jeune homme doit comparaître au palais de justice d'Ottawa aujourd'hui. Il fait face à des accusations de participation à une activité d'un groupe terroriste et de conspiration en vue de participer à une activité terroriste avec les frères Larmond.

«Nous ne précisons pas l'endroit où l'arrestation a été effectuée. Le suspect comparaîtra en personne ou par vidéoconférence», a indiqué le sergent Richard Rollings, de la GRC.

Les frères Larmond

Peu de détails ont filtré à propos du jeune homme, qui n'aurait pas d'antécédents judiciaires.

La GRC a cependant précisé que l'arrestation de Suliman Mohamed était liée à celle des frères Larmond. Les jumeaux, qui ont grandi dans le secteur Vanier, étaient connus des services policiers. Ils ont comparu par vidéoconférence au palais de justice d'Ottawa, samedi.

Carlos Larmond, arrêté à l'aéroport Pierre-Elliott-Trudeau, à Montréal, a été accusé de participation à une activité pour un groupe terroriste. Selon la GRC, il aurait été intercepté alors qu'il s'apprêtait à quitter le pays pour aller grossir les rangs d'organisations terroristes.

Son frère Ashton, arrêté à Ottawa, a été accusé d'avoir facilité une activité terroriste, d'avoir participé à une activité terroriste et d'avoir chargé une personne à se livrer à une activité pour un groupe terroriste.

Une transformation récente

«Je ne fournirai aucune information qui n'est pas obligatoire», a déclaré Suliman Mohamed aux journalistes du Ottawa Citizen qui sont allés le visiter vendredi à la maison de sa grand-mère, dans le secteur Vanier, dans l'est d'Ottawa.

Des journalistes du secteur ont été mis sur la piste de Suliman Mohamed avant son arrestation, en raison de ses liens avec les frères Larmond. Quand ils ont rencontré sa mère, une artiste canado-polonaise, celle-ci a déclaré que ses enfants n'avaient pas à être tenus responsables des actes de leurs amis. Sulimad Mohamed aurait une soeur de 19 ans. Son père, originaire du Soudan, aurait une vision «bien distincte» de l'islam, selon une source interviewée par le Ottawa Citizen. Le jeune Mohamed, qui démontrait peu d'intérêt pour la religion pendant ses études secondaires, à Gatineau, se serait transformé au cours des dernières années, selon cette même source. Il aurait commencé à porter la barbe et d'amples vêtements musulmans, et il aurait surtout parlé de sa foi.

À propos des arrestations des deux frères, le ministre de la Sécurité publique du Canada, Steven Blaney, a précisé qu'elles n'étaient pas liées aux événements survenus en France récemment. Mais, à l'instar de l'arrestation de Suliman Mohamed, elles démontrent l'attrait du djihad chez certains Canadiens, selon Jennifer Strachan, responsable des enquêtes criminelles pour la GRC en Ontario.

«Ces arrestations récentes soulignent la réalité que certains individus en Ontario et au Canada se sont radicalisés à une idéologie violente, et qu'ils sont prêts à passer à l'action», a déclaré Mme Strachan lundi.

Une «nouvelle» vidéo de l'EI?

Par ailleurs, à deux semaines de la reprise des travaux de la Chambre des communes, alors que sera entamée une session pendant laquelle la nouvelle mouture de la loi antiterroriste doit être déposée, le ministre Blaney a réagi, dimanche, à une vidéo qui aurait tout juste été mise en ligne par le groupe armé État islamique (EI).

«Les organismes de sécurité du Canada surveillent la situation de près et ont des mesures en place pour contrer toute menace», a-t-il indiqué, par voie de communiqué. De Paris, où il participe à une rencontre découlant des attentats survenus la semaine dernière, il a incité les Canadiens à «demeurer vigilants».

Or, l'aspect nouveau de cette vidéo, qui ferait la promotion de nouvelles attaques en France, en Australie et au Canada, notamment, a depuis été remis en question. Sur Twitter, Rita Katz, analyste et cofondatrice de la firme de renseignement SITE (qui opère une veille sur les réseaux terroristes), a déclaré que les images diffusées au cours des derniers jours étaient en fait récupérées. «Contrairement à ce que les médias et les autorités rapportent, l'EI n'a pas publié de vidéo renouvelant les appels à attaquer l'Occident au cours des deux derniers jours», a écrit la spécialiste, qui a dit avoir reconnu une compilation de «vieilles images publiées par l'EI».

Vigilance haussée

Quand même, les services policiers canadiens ont augmenté leur vigilance. «En raison des attaques survenues en France et au Canada, cette nouvelle menace doit être prise sérieusement», aurait ainsi écrit le sous-commissaire de la GRC, Mike Cabana, dans une note que La Presse Canadienne a obtenue.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer