Cartes clonées dans les parcomètres: jusqu'à 1000 victimes

Sept personnes ont comparu jeudi en lien avec des fraudes menées à partir des... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MONTRÉAL) Sept personnes ont comparu jeudi en lien avec des fraudes menées à partir des bornes de parcomètres de la Ville de Montréal. Les policiers tentent maintenant de savoir si les fraudeurs faisaient partie d'un même réseau.

Les six hommes arrêtés mercredi en lien avec des fraudes par clonage de cartes de crédit dans les bornes de péage de Stationnement Montréal ont comparu ce jeudi au palais de justice de Montréal. Ils pourraient avoir fait bien plus que la centaine de victimes connues jusqu'à maintenant et avoir dérobé jusqu'à un million de dollars à leur victime.

L'opération visant les six hommes s'est déroulée en deux temps mercredi.

D'abord, au petit matin, des enquêteurs de l'Escouade de protection de l'intégrité municipale (ÉPIM) ont mis la touche finale à une enquête amorcée cet automne, et visant un réseau qui trafiquait les bornes de péage de Stationnement Montréal pour enregistrer les données des cartes de crédit des automobilistes payant leur espace de stationnement.

Trois hommes, Mihai Andrei Mazilu, Sivakandara Radnam et Visvanatar Sivuruban, ont été arrêtés dans le cadre de cette affaire.

«L'ÉPIM a mené l'enquête, car même si elle a été intégrée à l'UPAC, elle conserve le mandat d'enquêter sur toute malversation dont la Ville peut être victime. Ce qui était le cas dans cette affaire», explique le commandant Ian Lafrenière, du SPVM.

Les enquêteurs ont repéré au moins une centaine de victimes de ce groupe.

Mais les limiers croient qu'avec toutes celles qui pourraient ne pas avoir porté plainte, il pourrait potentiellement y avoir un millier de victimes, qui auraient perdu au total jusqu'à un million de dollars.

Cette opération ayant été médiatisée tôt en journée, un citoyen à la vigilance aiguisée par les reportages a remarqué un dispositif étrange sur une borne de paiement de la rue Peel, vers 13 h.

Sept personnes ont comparu jeudi en lien avec... (Photo fournie par la police) - image 2.0

Agrandir

Photo fournie par la police

Il s'agissait d'une petite plaquette d'acier de quelques millimètres d'épaisseur placée sur la façade où la carte de crédit est insérée dans la borne. Quand la carte passe à travers la plaquette, celle-ci lit les informations liées à cette carte.

Le citoyen a alors alerté Stationnement Montréal, dont les employés dépêchés sur place ont repéré trois hommes dans une voiture stationnée tout près.

«Le dispositif capte et émet les données par WiFi. Les fraudeurs doivent donc se tenir prêts de la borne avec un ordinateur pour enregistrer les informations», expliquait Pierre Lalumière, directeur des communications chez Stationnement Montréal.

Les policiers sont arrivés et ont arrêté cette fois Emerson Brings, Sergio Bulgarelli et Nicholas Sabini.

Les six hommes devront répondre à une tonne de chefs d'accusation liés à la fraude et à la falsification de cartes de crédit.

«Nous ne pouvons dire pour l'instant si le groupe arrêté le matin et le second sont reliés», indique l'agent Danny Richer, porte-parole du SPVM.

La police recommande aux utilisateurs des bornes de péage la plus grande vigilance, et d'observer minutieusement la borne avant d'y insérer leur carte, pour s'assurer qu'elle n'a pas été trafiquée. Stationnement Montréal recommande elle l'utilisation de l'application mobile de paiement pour éviter d'utiliser la carte. L'utilisation de cette application rend toutefois plus coûteux, de quelques dizaines de sous, le stationnement.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer