Ado blessé au soccer: sa famille réclame un quart de million

Gravement blessé à la tête il y a... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

Gravement blessé à la tête il y a trois ans, Marc-André Vachon a encore des difficultés respiratoires et son odorat est grandement diminué, selon la poursuite. Une cicatrice lui traverse le crâne.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un coup de pied asséné durant une partie de soccer pourrait coûter très cher à la famille d'un jeune joueur qui en a blessé un autre alors que tous deux évoluaient dans une ligue regroupant les meilleurs joueurs de 15 ans de la couronne nord de Montréal.

Marc-André Vachon - le joueur blessé, qui a aujourd'hui 18 ans - et ses parents intentent une poursuite d'un quart de million contre la famille d'un jeune adversaire qui lui aurait défoncé le visage d'un puissant coup de pied lors d'un match.

La famille du joueur blessé espère ainsi susciter un débat sur la violence dans le soccer amateur.

«Les jeunes font du sport pour s'amuser. On ne parle pas des professionnels de l'Impact ici. On ne s'imagine pas être témoin d'un geste d'une telle violence quand on inscrit nos enfants au soccer», a dit à La Presse Lucie Maillette, mère de Marc-André Vachon.

Deux compagnies d'assurances ainsi que l'Association de soccer de Bois-des-Filion sont également poursuivies.

Le 12 juillet 2012, l'équipe de soccer de Terrebonne, pour laquelle joue Marc-André Vachon (catégorie U15 AA), affronte celle de Bois-des-Filion sur un terrain de Terrebonne, dans la couronne nord de Montréal.

Vers la 36e minute de jeu, l'équipe de Terrebonne obtient un coup de pied de coin. Le jeune attaquant Marc-André Vachon est dans la zone de réparation pour tenter de frapper le ballon avec sa tête et espérer marquer un but.

Or, un défenseur de l'équipe adverse «surgit à sa gauche, et, de façon aussi imprévisible que débridée, lève soudainement la jambe bien au-dessus de la hauteur de ses épaules», peut-on lire dans la poursuite.

Des séquelles permanentes

Le jeune attaquant reçoit le coup de pied en plein visage. Il s'effondre sur-le-champ. Ses parents, qui assistent au match ce jour-là, décrivent le coup comme un «geste impétueusement vif et hors de contrôle», d'une «brutalité extrême».

Marc-André Vachon est transporté d'urgence à l'hôpital le plus près. Vu la gravité de son cas, il est transféré à Sainte-Justine, où il passera huit heures sur la table d'opération. Il a plusieurs fractures au visage qui lui laisseront des séquelles permanentes.

Marc-André Vachon, qui a 18 ans aujourd'hui, a encore des difficultés respiratoires et son odorat est grandement diminué, toujours selon la poursuite. Il a craint de perdre l'usage d'un oeil. Une cicatrice lui traverse le crâne.

La famille du jeune homme réclame ainsi 267 877$ pour les dommages subis.

Le jeune défenseur désigné dans la poursuite comme l'auteur du coup de pied a reçu un carton jaune (avertissement) ce jour-là pour son geste. «Sa réputation chez les joueurs de soccer de Terrebonne était celle d'un joueur excessif, irrespectueux des règles du jeu, qui joue brutalement et qui assène à ses adversaires des coups sournois, ce qui sera amplement mis en preuve au procès», indiquent les parents du jeune joueur blessé dans leur poursuite.

La Presse a tenté sans succès de joindre la famille du jeune défenseur montré du doigt pour avoir asséné le coup de pied.

La famille Vachon reproche aussi à l'association de soccer de Bois-des-Filion de ne pas avoir enseigné à ce jeune défenseur «un encadrement d'éthique sportive visant à contrôler sa rudesse et ses écarts de violence».

Entraîneur de l'équipe de Bois-des-Filion à l'époque et toujours bénévole au sein de l'association locale de soccer, Éric Bélanger déplore pour sa part que l'affaire se retrouve devant les tribunaux.

«C'est un malheureux accident aux conséquences graves, mais je suis formel: mon joueur n'a jamais eu l'intention d'en blesser un autre», explique M. Bélanger.

L'entraîneur bénévole insiste: jamais il n'enseignerait à l'un de ses joueurs à en frapper un autre pour remporter une victoire.

Pour sa part, le président de l'association de soccer de Bois-des-Filion, Stéphane Bonneville, a préféré ne pas commenter l'affaire avant d'en discuter avec son conseil d'administration.

«Coup négligent»

La famille de Marc-André Vachon allègue qu'il s'agissait d'un «coup déraisonnable, excessif, négligent et le fruit d'un débordement inconsidéré qui excède les risques acceptables dans la pratique d'un sport».

«Doit-on tolérer des comportements abusifs dans un sport au nom de la performance?», demande Me Serge Dubé, avocat de la famille Vachon.

«On ne plaide pas que le coup était intentionnel, explique Me Dubé. On plaide qu'il y a eu négligence et que les joueurs au comportement agressif devraient être mieux encadrés et contrôlés pour que les jeunes puissent continuer à jouer au soccer sans prendre des risques qui excèdent les risques normaux de la pratique du sport.»

Marc-André Vachon étudie aujourd'hui en sciences de la nature au cégep. Le jeune sportif n'a plus jamais joué au soccer dans une ligue compétitive.

Les allégations contenues dans la poursuite n'ont pas encore été prouvées devant le tribunal. La poursuite a été déposée, hier, en chambre civile de la Cour supérieure du palais de justice de Montréal.

Les règles de la FIFA invoquées

« Tout joueur qui assène un coup à un adversaire lorsqu'ils disputent le ballon, de devant, de côté ou de derrière, avec une jambe ou les deux, avec une force excessive et de nature à compromettre la sécurité de l'adversaire se rend coupable d'une faute grossière », selon les règles du jeu établies par la Fédération internationale de Football Association (FIFA) citées dans la poursuite de la famille de Marc-André Vachon.

9
Le soccer se classe au deuxième rang des activités récréatives et sportives dont le taux de blessures est le plus élevé chez les 12 à 17 ans. Cela représente environ 9 % des jeunes qui se blessent en jouant au soccer, selon une étude de l'Institut national de la santé publique du Québec sur les blessures subies au cours de la pratique d'activités récréatives et sportives dans la province menée en 2009-2010.
200 000
Depuis le début des années 90, le nombre d'inscriptions a quadruplé, passant de 50 000 à près de 200 000 joueurs et joueuses au Québec, selon Soccer Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer