Aide à mourir:le gouvernement prudent face à la décision de la Cour suprême

Le ministre fédéral de la Justice, Peter MacKay, s'est... (PHOTO ADRIAN WYLD, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le ministre fédéral de la Justice, Peter MacKay, s'est contenté d'affirmer que le gouvernement prendrait le temps d'étudier la décision et de consulter.

PHOTO ADRIAN WYLD, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanie Marquis
La Presse Canadienne
OTTAWA

Le ministre fédéral de la Justice, Peter MacKay, a accueilli avec prudence, vendredi, le jugement historique de la Cour suprême du Canada dans le dossier de l'aide médicale à mourir.

Il s'est contenté d'une brève déclaration à la sortie de la Chambre des communes, affirmant que le gouvernement prendrait le temps d'étudier la décision et de consulter.

Le plus haut tribunal au pays a invalidé, dans un jugement unanime, les articles du Code criminel qui interdisent à un médecin d'aider l'un de ses patients gravement malade à mourir.

Le ministre MacKay a refusé de dire si les conservateurs, qui ont 12 mois pour modifier le Code criminel, pourraient invoquer la clause nonobstant pour se soustraire au jugement.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) a pour sa part salué une décision «éclairée» qui «envoie un message fort concernant le besoin de mettre à jour» les lois canadiennes sur l'aide médicale à mourir.

La porte-parole du parti en matière de justice, Françoise Boivin, a soutenu qu'il était clair que le gouvernement devait se conformer à la décision des magistrats.

La députée n'a pas cependant précisé quelle était la position du NPD sur la question de l'aide médicale à mourir.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer