L'oncle de Dominique Anglade assassiné en Haïti

Robert Anglade, 74 ans, a été retrouvé assassiné... (PHOTO FOURNIE PAR LE NOUVELLISTE (PORT-AU-PRINCE))

Agrandir

Robert Anglade, 74 ans, a été retrouvé assassiné par balles vendredi matin dans sa chambre sur la côte sud d'Haïti.

PHOTO FOURNIE PAR LE NOUVELLISTE (PORT-AU-PRINCE)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Étienne Côté-Paluck

Collaboration spéciale

La Presse

(Port-au-Prince) L'oncle de la ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation du Québec Dominique Anglade a été retrouvé assassiné par balles vendredi matin dans sa chambre sur la côte sud d'Haïti. Robert Anglade, 74 ans, a été atteint d'au moins deux projectiles au ventre alors qu'il était au lit pour la nuit en fin de soirée jeudi.

« La famille est sous le choc, mais c'est aussi une famille résiliente », a confié la ministre Dominique Anglade vendredi soir. Elle a en effet perdu son père, et frère de Robert, Georges Anglade et sa mère Mireille Neptune durant le terrible séisme du 12 janvier 2010.

Par l'entremise de son attachée de presse, la ministre a ajouté hier qu'elle souhaitait que « justice soit rendue » dans cette affaire.

Agronome de profession, « Bob » Anglade était issu d'une famille célèbre d'intellectuels haïtiens et avait activement milité avec les mouvements de gauche qui ont porté au pouvoir le premier président élu démocratiquement au pays en 1990, Jean-Bertrand Aristide, après près de 40 ans de dictature des Duvalier.

«Nous sommes tous sous le choc»

Durant la même période, il avait entamé un projet balnéaire, le Jardin sur mer, devenu au fil du temps l'une des meilleures tables de la côte sud d'Haïti. Sur un promontoire s'avançant dans la mer turquoise des Caraïbes, son hôtel en terrasse est niché dans un jardin anglais tropical.

« Je vais me souvenir longtemps de toutes les histoires qu'il nous racontait. Il aimait son pays et s'amusait de ses anecdotes tant politiques qu'humaines », a dit Joseph Hillel, documentariste montréalais et cousin du défunt.

Bon vivant, Robert Anglade était connu pour savoir faire sa place et bien connaître les soubresauts de la politique du coin. La côte sud du pays, minée par le trafic de drogue destiné à l'Occident, est aussi l'un des pôles de développement touristique en Haïti.

« Nous sommes tous sous le choc, explique Magali Comeau-Denis, comédienne et ancienne ministre de la Culture haïtienne issue de la même région. J'espère que l'action publique sera en mouvement, que les coupables seront identifiés et punis selon la loi. »

« On se demande comment une chose comme cela a pu arriver, malgré la présence de chiens et d'un gardien », rapporte l'un de ses amis, qui a réclamé l'anonymat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer