Perquisition de la GRC à l'Institut technique Aviron

Le propriétaire de l'Institut Aviron, située sur l'avenue... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Le propriétaire de l'Institut Aviron, située sur l'avenue Royalmount à Ville Mont-Royal, est Reza Tehrani, un homme d'affaires qui a été ciblé par la police et des criminels dans le passé.

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Daniel Renaud
La Presse

La Gendarmerie Royale du Canada a effectué jeudi une perquisition à l'Institut technique Aviron, a appris La Presse. Personne n'a toutefois été arrêté.

«Il s'agit d'une perquisition en cours d'enquête menée par notre division des délits commerciaux. Neuf autres perquisitions sont également effectuées aujourd'hui dans le cadre de cette opération. L'enquête est loin d'être terminée», a déclaré la caporale Camille Habel de la GRC.

Le propriétaire de l'Institut Aviron, située sur l'avenue Royalmount à Ville Mont-Royal, est Reza Tehrani, un homme d'affaires déjà ciblé par la police et des criminels dans le passé. Lui et sa femme, Liora Suissa, font actuellement face à des accusations de fraude remontant à 2012. La police soupçonne le couple d'avoir fraudé l'impôt fédéral pour une somme de 6M$ avec l'aide de fonctionnaires corrompus.

Vie mouvementée

En octobre 2011, l'homme d'affaires avait été blanchi de quatre accusations d'avoir obtenu frauduleusement du crédit auprès d'institutions financières.

En 2010, il avait été enlevé par un groupe d'inconnus alors qu'il sortait de l'institut. Quatre ans plus tard, l'un des présumés ravisseurs avait subi son procès et Reza Tehrani avait dû témoigner. L'homme d'affaires avait été malmené en contre-interrogatoire, admettant qu'il avait reçu un appel du défunt fils du parrain de la mafia, Nick Rizzuto jr, après la saisie d'une valise contenant 800 000$ à New York en 2009.

Reza Tehrani avait également raconté avoir rencontré une personne par le biais d'un homme que la Défense avait identifié comme étant le pilote d'hélicoptère Denis Vincent, lié aux Hells Angels, et dont des conversations ont été entendues à la Commission Charbonneau. Reza Tehrani avait toutefois dit ne pas savoir si le Vincent en question avait un hélicoptère et s'il était lié aux Hells Angels.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer