La famille Rizzuto dans la ligne de mire du fisc

Nicolo Rizzuto... (Photo: David Boily, La Presse)

Agrandir

Nicolo Rizzuto

Photo: David Boily, La Presse

Dossiers >

Mafia montréalaise

Actualité

Mafia montréalaise

Vito Rizzuto tenterait de faire revivre le clan Rizzuto à Montréal. »

Le chef mafieux Nicolo Rizzuto n'est pas le seul de sa famille à avoir des ennuis avec le fisc. La femme de Vito Rizzuto, ses trois enfants et deux de leurs proches contestent devant la Cour canadienne de l'impôt, à Toronto, une cotisation de plus de 900 000$ qui leur a été adressée pour la vente, au début des années 2000, de la compagnie de recyclage Olifas Marketing Group (OMG).

L'objet du litige vient de ce que Revenu Canada refuse d'accorder à Giovanna Cammaleri-Rizzuto et ses associés la déduction en gain de capital qui s'applique normalement sur la vente des petites et moyennes entreprises (PME), au Canada. Dans le cas présent, la déduction réclamée par les six actionnaires d'OMG, spécialisée dans les bacs de recyclage sur les trottoirs, s'élève à pas moins de 900 000$.

 

Selon Revenu Canada, cette disposition fiscale n'a pas d'application dans le cas présent, puisque OMG est devenue propriété étrangère depuis son acquisition au coût de 7,5 millions$ par la société mexicaine Corporacion Americana de Equipamientos Urbanos S.L. (Corameq). L'achat des 10 500 actions de la famille Rizzuto/Campoli s'est faite en deux temps, en mars 2002 et octobre 2003.

Détenteurs de plus de 80% des part de la compagnie ontarienne, Giovanna Cammaleri-Rizzuto et ses trois enfants - Nicolo, assassiné le 29 décembre dernier à Montréal, ainsi que Leonardo et Libertina, tous deux avocats - ont encaissé près de 1,6 million$ à la suite de cette vente. Les deux autres actionnaires sont Nino et Mario Campoli, parents par alliance de Vito Rizzuto. Toutes les actions étaient gardées dans deux fiducies, l'une au nom de Mario Campoli et l'autre, de Salvatore Olivetti.

Président et fondateur d'OMG, Salvatore Olivetti s'était dit persécuté par les journalistes quand La Presse a dévoilé avec fracas en 2002 que le «parrain» montréalais Vito Rizzuto conduisait une jeep appartenant à la compagnie OMG. Il jurait dur comme fer que l'entreprise n'avait aucun lien avec les Rizzuto, encore moins avec le crime organisé. Il imputait tout le blâme au président d'OMG Québec, Michael Strizzi, d'avoir prêté le véhicule à Rizzuto sans le dire à personne. Un ami personnel de Vito Rizzuto, Strizzi avait démissionné à la suite de cette controverse. Depuis 2004, les poubelles publicitaires qu'OMG a installées sur les trottoirs du centre-ville de Montréal ont disparu petit à petit.

La contestation fiscale de Giovanna Cammaleri-Rizzuto et de ses proches sera débattue en mai prochain, devant la Cour canadienne de l'impôt, à Toronto. Quant à la cause de son beau-père Nicolo, inculpé d'évasion fiscale, elle est inscrite pour jeudi au rôle de la Cour du Québec, à Montréal. Le vieux chef mafieux de 85 ans a caché au fisc des revenus d'intérêts de plus de 700 000$ pour les années 1994 et 1995. L'argent provenait de placements dans des comptes de banque, en Suisse.

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer