Valérie Plante plaide pour l'ajout de feux de signalisation

Un guide destiné aux arrondissements consulté par La... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Un guide destiné aux arrondissements consulté par La Presse stipule qu'il doit y avoir eu «quatre accidents et plus [...] impliquant un cycliste» à une intersection pour qu'un feu de circulation y soit ajouté.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Montréal ne doit plus attendre que des accidents mortels surviennent pour permettre l'implantation de feux de signalisation, dit la candidate à la mairie Valérie Plante. La cheffe de Projet Montréal annoncera aujourd'hui qu'elle veut réviser les règles entourant la protection des piétons et des cyclistes aux intersections si elle est élue le 5 novembre.

«Dans "vision zéro", il y a un zéro, et on ne doit pas attendre un accident mortel avant d'agir», a dit l'aspirante mairesse.

Valérie Plante compte ainsi dénoncer ce matin le fossé entre les objectifs de la Ville de Montréal d'éliminer les accidents mortels chez les piétons et cyclistes - la fameuse «vision zéro» - et les règles en place pour assurer la sécurité de ces usagers de la route.

Son parti, qui contrôle 4 des 19 arrondissements de Montréal, dit s'être fait refuser à plusieurs reprises au cours des dernières années des demandes de sécurisation à certaines intersections. Rosemont-La Petite-Patrie avait ainsi demandé l'ajout d'un feu de signalisation à l'angle des rues Rachel Est et Préfontaine, afin de protéger la traversée des cyclistes à cet endroit. Une piste protégée par un terre-plein longe la rue Rachel du côté nord, mais les gens arrivant du sud doivent se faufiler dans la circulation pour y accéder.

L'arrondissement a toutefois essuyé un refus. Raison invoquée : un nombre insuffisant d'accidents ont été enregistrés à cet endroit.

«C'est déconnecté de la réalité»

Un guide destiné aux arrondissements afin de traiter les demandes de modification aux feux de circulation, consulté par La Presse, stipule en effet que plusieurs critères doivent être présents pour qu'un feu soit ajouté. Parmi eux, la Ville doit avoir comptabilisé «quatre accidents et plus sur une période de trois ans, impliquant un cycliste circulant dans l'aménagement cyclable et un véhicule tournant».

Des critères similaires s'appliquent aux feux piétons. Avant de modifier une intersection, la métropole doit enregistrer «trois accidents ou plus impliquant un piéton survenus dans un même axe d'une intersection au cours de trois années consécutives».

C'est cette raison qui a été invoquée récemment quand l'arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie a voulu faire modifier les feux piétons à l'intersection des boulevards Saint-Michel et Rosemont. Alors que plusieurs citoyens réclamaient une interdiction du virage à gauche, la Ville a refusé, jugeant insuffisant le nombre d'accidents survenus à cet endroit.

«Qu'est-ce qu'on fait quand on voit un problème majeur mais que les critères font en sorte qu'on doit attendre quatre accidents mortels pour se décider d'agir? s'interroge Valérie Plante. C'est déconnecté de la réalité.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer