Le chef Pichet rencontre l'ensemble de l'état-major du SPVM

Le directeur du SPVM, Philippe Pichet.... (PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE)

Agrandir

Le directeur du SPVM, Philippe Pichet.

PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le directeur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) Philippe Pichet a rencontré ce matin l'ensemble de son état-major pour mettre en place un «plan d'action» dans la foulée du déclenchement d'une enquête administrative hier par le ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux. Le chef Pichet voit d'ailleurs d'un «bon oeil» une telle enquête qui ne s'apparente «pas du tout» à une mise en tutelle.

Le nouveau centre de formation du SPVM, situé... (PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Le nouveau centre de formation du SPVM, situé sur la rue Sherbrooke, où a eu lieu la rencontre.

PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE

Des dizaines de cadres du SPVM ont participé à cette rencontre de quelques heures ce matin dans l'est de Montréal. Le directeur Philippe Pichet tenait «rapidement» à faire le point sur la situation avec son état-major «depuis la sortie du reportage» de J.E. mardi, lequel a levé le voile sur des allégations graves concernant les affaires internes du SPVM.

«Tout le monde se sent très concerné par ce qui arrive présentement : allégations de fabrication de preuves, de faux documents, et tout ça. Tout le monde est vraiment préoccupé. Il y a de bonnes idées qui sont sorties [de la rencontre]. Et dès lundi, on va réunir les idées pour travailler sur le plan», a expliqué le chef Pichet, en entrevue avec La Presse, au nouveau centre de formation du SPVM sur la rue Sherbrooke. Aucun cadre n'a claqué la porte au terme de cette rencontre, a-t-il précisé.

Le directeur assure que le SPVM collaborera pleinement avec le commissaire qui sera nommé sous peu par le ministre Coiteux pour faire la lumière sur les pratiques douteuses au sein des affaires internes de la police montréalaise. «On va être un livre ouvert, on n'a rien à cacher. On va donner ce qu'ils ont besoin. [...] Ce qui est important, c'est de faire la lumière sur la situation et d'éliminer les zones grises», dit Philippe Pichet.

Pas question de quitter son poste maintient le chef de police, qui assure compter sur la confiance du maire de Montréal Denis Coderre. «Vous savez quoi, être directeur de police, c'est bien l'fun quand ça va bien, mais quand ça va mal, ce n'est pas le temps de quitter le bateau. Je vais rester à bord et on va avancer, et on va passer au travers», jure-t-il, avec fermeté.

Le chef Pichet est resté cependant plus vague sur le sort des enquêtes déjà entamées par les affaires internes du SPVM sur des policiers du corps montréalais.  «Ce sont des choses que je suis en train de regarder. Il y a des actions qui vont être prises, et au moment venu, je pourrais les communiquer», indique-t-il, sibyllin.

Alors que Québec solidaire réclame la tenue d'une enquête publique sur le SPVM, Philippe Pichet refuse de se prononcer sur cette question «politique». «Ce n'est pas moi à décider ça», lâche-t-il.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer