Accès aux stations du futur REM: les demandes des municipalités refusées

Sur la Rive-Sud, la station terminale du REM... (IMAGE FOURNIE PAR CDPQ)

Agrandir

Sur la Rive-Sud, la station terminale du REM et son stationnement de 3000 places seront implantés à l'intersection des autoroutes 10 et 30, où la congestion est déjà intense en périodes de pointe.

IMAGE FOURNIE PAR CDPQ

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bruno Bisson
La Presse

Le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports (MTMDET) n'a pas l'intention de donner suite aux projets d'infrastructures majeures réclamés par des municipalités de la région de Montréal afin de favoriser l'accès aux stations du futur Réseau électrique métropolitain (REM).

Le MTMDET écarte ainsi la possibilité d'élargir à trois voies par direction l'autoroute 30, sur une distance d'environ 20 kilomètres, entre les autoroutes 20 et 10, comme le réclament les villes de l'agglomération de Longueuil, pour faciliter l'accès aux trois stations du REM prévues à Brossard, entre l'A30 et le pont Champlain.

De même, le Ministère ne donnera pas suite non plus aux demandes formulées par la Ville de Pointe-Claire, devant le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE), lors des consultations relatives au projet de train électrique de 5,9 milliards proposé par la Caisse de dépôt et placement du Québec et sa filiale, CDPQ Infra.

Dans un mémoire au BAPE, en septembre dernier, cette municipalité de l'ouest de l'île de Montréal estimait que la présence de deux stations du REM sur son territoire rendait « indispensable » la réalisation d'un nouveau lien routier nord-sud entre l'île Bizard et le boulevard Hymus, dans l'axe du boulevard Jacques-Bizard actuel.

La Ville réclamait également le réaménagement de deux échangeurs reliant le réseau artériel municipal à l'autoroute 40 pour faciliter le passage des cyclistes et des piétons d'un côté à l'autre de l'autoroute (voir capsule ci-contre).

« Étant donné que les réaménagements proposés visent à améliorer la circulation piétonne et cycliste, a indiqué une porte-parole du MTMDET, Sarah Bensadoun, le Ministère a déjà eu des discussions avec la municipalité et nous avons proposé de mettre en place des passerelles multifonctionnelles qui relèveraient de la responsabilité de la Ville. »

« À ce jour, il n'y a pas eu de décision formelle qui a été prise à ce sujet. »

Il n'y a toutefois aucune planification active, au Ministère, en vue d'un prolongement éventuel du boulevard Jacques-Bizard, a ajouté Mme Bensadoun. Ce projet, qui remonte à des décennies, était inscrit au moribond Plan de transport de Montréal de 2008 et ressurgit périodiquement dans l'actualité lors des campagnes électorales municipales et provinciales.

Appelée à commenter la fin de non-recevoir du MTMDET à ses deux projets, la Ville de Pointe-Claire a fait savoir hier à La Presse qu'il « nous fera plaisir de commenter une fois que le projet du REM aura été adopté ».

UNE PRIORITÉ DE LA MINISTRE CHARLEBOIS

Le REM est un réseau de métro léger électrifié de 67 kilomètres proposé par la filiale de la Caisse de dépôt et placement du Québec, CDPQ Infra. Il doit relier le centre-ville de la métropole à la Rive-Sud, à la couronne Nord de la banlieue, aux villes de l'ouest de l'île de Montréal et à l'aéroport international Trudeau, à Dorval. Le projet initial prévoit 24 stations, à un coût estimé de 5,5 milliards, et doit être mis en service d'ici la fin de 2020. Trois autres stations, dont le coût additionnel est estimé à 400 millions, sont projetées en territoire montréalais.

Aux audiences du BAPE de septembre dernier, plusieurs municipalités, dont Laval et Sainte-Anne-de-Bellevue, ont proposé des changements de tracé et exprimé des inquiétudes quant à la congestion routière qui pourrait résulter du choix de certains emplacements et au coût des infrastructures qui seront nécessaires pour accéder aux stations.

Sur la Rive-Sud, la station terminale du REM et son stationnement de 3000 places seront implantés à l'intersection des autoroutes 10 et 30, où la congestion est déjà intense en périodes de pointe.

C'est pour cette raison que les villes de l'agglomération de Longueuil réclament un élargissement de l'autoroute 30 entre les autoroutes 20, à Boucherville, et 10, à Brossard. Cet élargissement permettrait de canaliser le transit de centaines d'autobus en provenance de l'agglomération et d'autres villes de banlieue sur des voies réservées, de part et d'autre de l'A30, pour alimenter le REM.

En octobre dernier, devant la Chambre de commerce et d'industrie de la Rive-Sud, la ministre responsable de la Montérégie, Lucie Charlebois, s'est engagée à faire de ce projet sa nouvelle priorité en matière de développement régional. Elle avait toutefois indiqué qu'il ne fallait pas y voir un engagement du gouvernement Couillard.

« L'élargissement de l'autoroute 30 serait un projet de plus de 100 millions, a précisé la porte-parole du MTMDET, Sarah Bensadoun. Il serait soumis aux directives en matière de grands projets, ce qui implique la réalisation d'un dossier d'opportunité, puis d'un dossier d'affaires, et son approbation par le Conseil des ministres. C'est un processus qui peut être très long. »

Dans une liste de projets routiers figurant en annexe d'une étude réalisée pour CDPQ Infra dans le cadre du projet de REM, la réalisation du projet d'élargissement de l'A30 était inscrite à l'horizon de 2025. Aucune étude n'est présentement en cours pour respecter cet échéancier.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer