Manifestants à l'hôtel de ville: un groupe d'enquêteurs formé

Le chef du SPVM n'a pas écarté que... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

Le chef du SPVM n'a pas écarté que des accusations soient déposées à la suite de l'enquête.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

(MONTRÉAL) « Déçu » et « fâché » par la tournure de la manifestation d'employés municipaux à l'hôtel de ville de Montréal lundi soir, le chef de police Marc Parent a annoncé la constitution d'un groupe spécial d'enquêteurs chargés d'épingler les manifestants qui auraient commis des gestes criminels et les policiers qui auraient pu faire preuve de laxisme en leur laissant le champ libre.

« Pour plusieurs, les événements survenus lors de l'assemblée du conseil de Ville viennent soulever un doute sur la capacité des policiers du SPVM à exercer pleinement leur rôle et d'y voir en toute neutralité, avec tout le professionnalisme auquel la population est en droit de s'attendre », a-t-il concédé lors d'un point de presse mardi.

Des témoignages et des images diffusées depuis la manifestation indiquent que des policiers, qui sont eux-mêmes affectés par le projet de loi controversé sur la réforme des régimes de retraite, auraient laissé le champ libre à d'autres syndiqués municipaux qui faisaient du grabuge dans l'hôtel de ville. Une image qui contrastait avec la résistance qu'ils ont opposée lors de manifestations passées à cet endroit, notamment pendant la grève étudiante de 2012.

Pas deux classes de manifestants

« Il faut se rappeler qu'il n'y a pas deux classes de manifestants, et les bandes vidéo ne mentent pas. S'il y a eu du laxisme ou de la complaisance de la part de policiers, ils devront répondre de leurs actes », affirme M. Parent.

Croit-il que les policiers ont une approche de « deux poids, deux mesures » selon la cause défendue par les manifestants ? « C'est à dire qu'il y a des images qui étaient plus éloquentes que d'autres. J'ai vu les deux », a-t-il répondu prudemment, en soulignant que certains policiers avaient aussi tenté de toutes leurs forces de fermer les portes à un certain moment.

Le chef de police a constitué une équipe spéciale d'enquêteurs des affaires internes, habitués à enquêter sur leurs collègues policiers, pour faire la lumière sur les événements. Des accusations criminelles pourraient être portées pour les manifestants qui auraient rudoyé des élus ou des gardiens de sécurité ainsi que vandalisé les lieux. Des accusations disciplinaires pourraient être portées contre les policiers qui auraient fait preuve de laxisme.

Un plan mis à exécution

À première vue, Marc Parent croit qu'aucun policier n'a participé à la manifestation en tant que telle. Selon les informations préliminaires qu'il a obtenues, la situation a dégénéré après que les gardiens de sécurité de l'hôtel de ville aient accepté de laisser rentrer 250 syndiqués plutôt calmes qui souhaitaient assister à la période de questions. Mais les plus turbulents ont ensuite « mis leur plan à exécution » et envahit les lieux, dit-il.

« Compte tenu de ce qui se passait à l'extérieur, on n'aurait pas dû laisser entrer les gens », dit-il, en précisant que des cadres policiers étaient sur place et n'ont pas corrigé la stratégie à temps. Divers scénarios sont maintenant étudiés pour renforcer la sécurité de l'hôtel de ville.

Marc Parent prépare aussi un rapport sur l'incident. Il a aussi écrit à ses troupes à ce sujet.

« Dès hier soir, j'ai écrit à mes policiers et policières pour leur dire qu'ils doivent voir au maintien de la paix en tout temps, en toutes circonstances, conformément aux lois et règlements en vigueur et surtout, sans égard à leurs opinions personnelles », dit-il.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer