L'exploitation des sables bitumineux annulera toute réduction des GES

Un site d'extraction des sables bitumineux.... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Un site d'extraction des sables bitumineux.

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Saint-Arnaud
La Presse Canadienne

Les cibles canadiennes de réduction d'émissions de gaz à effet de serre (GES) ne sont qu'une illusion qui s'envolera en fumée si la croissance de l'exploitation des sables bitumineux se poursuit au même rythme.

Une compilation des données d'Environnement Canada et d'autres sources gouvernementales fédérales rendue publique jeudi par des groupes environnementaux indique que les émissions de gaz à effet de serre canadiennes ont augmenté de 18 pour cent depuis 1990, une augmentation principalement attribuable aux sables bitumineux.

«Les trois quarts (73 pour cent) de l'augmentation des émissions canadiennes proviennent de l'Alberta qui, par la croissance des sables bitumineux, est en train d'annuler toutes les autres réductions d'émissions qui ont été obtenues dans les autres provinces», a indiqué à La Presse Canadienne Patrick Bonin, responsable du dossier climat à Greenpeace.

L'analyse, réalisée par le groupe écologiste Environmental Defence avec l'appui de Greenpeace, conclut que les objectifs canadiens de réduction de GES d'ici 2020, aussi modestes soient-ils, sont inatteignables au rythme actuel de croissance en Alberta.

«Pour atteindre notre objectif, il faudrait convertir toute la flotte canadienne de véhicules à l'électricité d'ici cinq ans, ce qui est évidemment complètement impossible», fait valoir M. Bonin, qui précise que les conséquences se feront sentir d'un océan à l'autre.

«On se rend compte que les provinces autres que l'Alberta vont se retrouver avec un fardeau supplémentaire de réduction de gaz à effet de serre si les émissions albertaines augmentent comme prévu», ajoute-t-il.

Déjà l'Alberta, qui ne compte que 11 pour cent de la population canadienne, produit davantage de GES à elle seule que le Québec et l'Ontario combinés et, au rythme de croissance actuel, en produira davantage en 2020 que ces deux provinces et la Colombie-Britannique mises ensemble, qui représentent 75 pour cent de la population.

Les cibles canadiennes ont été ramenées à une baisse, d'ici 2020, de 17 pour cent des émissions de 2005.

Selon les organismes environnementaux, il est impossible d'atteindre un tel objectif sans réduire la production des sables bitumineux.

Le rapport est publié à l'approche de la grande «Marche action climat», qui aura lieu samedi à Québec dans le cadre d'une série d'événements visant à sensibiliser la population et les élus à l'urgence de lutter contre les changements climatiques.

Québec sera l'hôte, mardi prochain, d'un sommet sur les changements climatiques réunissant les premiers ministres des provinces et des territoires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer