Exclusif

Mairie: les candidats ouvrent leurs livres

Mélanie Joly, Denis Coderre, Marcel Côté et Richard... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Mélanie Joly, Denis Coderre, Marcel Côté et Richard Bergeron.

Photo André Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quelles sont leurs sources de revenus? Combien paient-ils d'impôts? Combien donnent-ils à des oeuvres de bienfaisance? Ont-ils une propriété immobilière à Montréal? Les quatre principaux candidats à la mairie de Montréal rendent aujourd'hui publiques ces informations, à la demande de La Presse, en dévoilant leur dernière déclaration de revenus ainsi que leur dernier compte de taxes municipales.

> La déclaration de Richard Bergeron (PDF)

> La déclaration de Denis Coderre (PDF)

> La déclaration de Marcel Côté (PDF)

> La déclaration de Mélanie Joly (PDF 1, PDF 2)

Aux États-Unis, tous les candidats à la présidence dévoilent leur déclaration de revenus depuis les années 70, au nom de la transparence envers leurs électeurs. Au Québec, la chef du Parti québécois, Pauline Marois, et le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, avaient dévoilé leur déclaration de revenus, à la demande de La Presse, lors de la dernière campagne électorale.

En 2012, Denis Coderre a gagné 187 067,84$ comme député fédéral de Bourassa et en écrivant des articles pour le magazine La semaine. Mélanie Joly a gagné 220 860$ comme associée directrice de la firme de relations publiques Cohn&Wolfe. Le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, a gagné 59 153,10$ grâce à ses revenus de conseiller municipal et aux redevances de ses livres. Le chef de la Coalition Montréal Marcel Côté, consultant et économiste qui a notamment fondé la firme Secor, a gagné 406 783,90$ grâce à ses mandats de consultation et d'économiste ainsi qu'à ses placements personnels. Trois des quatre principaux candidats à la mairie possèdent une propriété immobilière à Montréal: Richard Bergeron, Denis Coderre et Marcel Côté. Mélanie Joly a vendu une propriété immobilière en 2013.

Au début de la campagne électorale, La Presse a demandé aux quatre principaux candidats à la mairie de dévoiler publiquement, par son intermédiaire, leurs dernières informations fiscales et foncières dans un souci de transparence. Les quatre candidats ont transmis leur déclaration de revenus du Québec et leurs renseignements fonciers. Trois d'entre eux (Richard Bergeron, Marcel Côté et Mélanie Joly) ont aussi transmis leur dernière déclaration de revenus fédérale.

«Ça fait partie de ma vision de la transparence et de l'intégrité", dit Mélanie Joly, qui s'est engagée à dévoiler publiquement chaque année sa déclaration de revenus si elle est élue mairesse de Montréal.

«La transparence est essentielle pour assurer une intégrité à la Ville de Montréal. Chez Projet Montréal, nous n'avons rien à cacher, et c'est pourquoi je n'ai pas hésité une seconde à dévoiler ces documents», a indiqué par courriel Richard Bergeron, chef de Projet Montréal.

«C'est très important pour nous d'être transparents avec leurs électeurs et cette démarche s'inscrit dans cet objectif», a dit l'attachée de presse du chef de la Coalition Montréal Marcel Côté, Christine Mitton.

Les documents peuvent être consultés dans La Presse" et à LaPresse.ca. Pour protéger la vie privée des candidats, certains renseignements personnels (numéros d'assurance sociale, coordonnées téléphoniques et adresse) ont été biffés. Les revenus sont ceux de la déclaration de revenus du Québec.

Richard Bergeron ... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Richard Bergeron 

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Richard Bergeron

Comme conseiller à la Ville de Montréal, Richard Bergeron a gagné un revenu d'emploi de 61 380,99$ en 2012. Il touche aussi des redevances sur la vente de ses livres par le truchement de son entreprise, Hypothèse Conseil et les Éditions Hypothèse. Son entreprise a généré des revenus de 1273$, sur des dépenses déductibles de 3500,89$, ce qui a occasionné une perte nette fiscale de 2227,89$. Selon ses déclarations de revenus, M. Bergeron n'a pas fait de dons à des oeuvres de bienfaisance en 2012.

Déclarations de revenus 2012

REVENUS

Revenus d'emploi (conseiller municipal): 61 380,99$

Revenus d'entreprise (Hypothèse Conseil et les Éditions Hypothèse): revenus de 1273$, perte nette de 2227,89$

Revenu total: 59 153,10$

DÉDUCTIONS

Déduction REER: 7326$

Revenu imposable: 47 198,91$

Dons: 0$

Crédit d'impôt pour partis politiques au Québec:

155$ (contribution de 989,96$ à Projet Montréal)

Impôt total: 8956,19$

Impôt au Québec: 5224,38$

Impôt fédéral: 3731,81$

Taux d'imposition réel total: 14,6%

Taux d'imposition réel au Québec: 8,5%

Taux d'imposition réel au fédéral: 6,1%

Taux de dons (par rapport au revenu total): 0%

TAXES FONCIÈRES

Richard Bergeron possède avec sa conjointe un condo à Montréal évalué à 532 200$ au rôle foncier.

En 2013, ses taxes foncières ont été de 4067,56$.

Denis Coderre... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

Denis Coderre

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Denis Coderre

En 2012, en plus de ses revenus de 165 724,72$ comme député fédéral de Bourassa, Denis Coderre a aussi gagné 19 343,12$ en publiant des textes dans le magazine La semaine. Il n'a demandé aucune déduction sur ce revenu d'entreprise. Selon sa déclaration de revenus provinciale, il a fait des dons de 1000$ à des oeuvres de bienfaisance, soit 0,5% de ses revenus annuels.

Déclarations de revenus 2012

REVENUS

Revenus d'emploi (député fédéral de Bourrasa): 165 724,72$

Autres revenus (sommes non remboursées dans le cadre du Régime d'accès à la propriété ou du Régime d'encouragement à l'éducation permanente): 2000$

Revenus d'entreprise (articles pour le magazine La semaine): 19 343,12$

Revenu total: 187 067,84$

DÉDUCTIONS

Revenu imposable: 174 518,89$

Dons: 1000$

Crédit d'impôt pour dons au Québec: 232$

Crédit d'impôt pour partis politiques autorisés au Québec: 310$

Impôt au Québec: 34 272,19$

Impôt au fédéral: non disponible

Impôt total: non disponible

Taux d'imposition réel au Québec: 18,3%

Taux d'imposition réel total (incluant le fédéral): non disponible

Taux de dons (par rapport au revenu total): 0,5%

TAXES FONCIÈRES

Denis Coderre possède avec sa conjointe une propriété évaluée à 388 600$ au rôle foncier en 2013.

En 2012, ses taxes foncières ont été de 3481,66$.

Marcel Côté ... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE) - image 4.0

Agrandir

Marcel Côté 

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Marcel Côté

En 2012, Marcel Côté a changé d'employeur: la firme Secor, dont il est l'un des trois fondateurs, a été vendue à KPMG. Il a ainsi effectué des mandats de consultation pour KPMG puis par le truchement de son entreprise de consultation. En plus de ses revenus d'emploi de 307 930,98$, il a eu d'autres revenus de placements et de gains en capital, ce qui a porté son revenu annuel à 406 783$. Il a donné 57 655$ à des organismes de bienfaisance, soit 14,2% de ses revenus. Il a notamment donné 15 000$ au Conseil des arts, 8000$ à Centraide et 5000$ à l'Orchestre symphonique de Montréal.

Déclarations de revenus 2012

REVENUS

Revenus d'emploi (KPMG et consultation): 307 930,98$

Prestation du Régime des rentes du Québec ou du Régime de pension du Canada: 12 264,48$

Dividendes de sociétés canadiennes imposables et autres revenus de placement: 47 508,99$

Gains en capital imposables: 37 879,50$

Autres revenus: 1200$

Revenu total: 406 783,90$

DÉDUCTIONS

REER: 22 000$

Frais financiers et frais d'intérêt: 52 577,58$

Revenu imposable: 331 131,32$

Dons: 57 655,31$

Crédit d'impôt pour les dons: 13 829,27$ au Québec et 16 692,04$ au fédéral

Crédit d'impôt pour contributions à des partis politiques au Québec: 465$

Impôt total: 113 545,91$

Impôt au Québec: 52 144,82$

Impôt au fédéral: 61 401,09$

Taux d'imposition réel total: 27,9%

Taux d'imposition réel au Québec: 12,8%

Taux d'imposition réel au fédéral: 15,1%

Taux de dons (par rapport au revenu total): 14,2%

TAXES FONCIÈRES

Marcel Côté possède avec sa conjointe une propriété à Montréal évaluée à 747 200$.

En 2013, ses taxes foncières ont été de 6046,90$.

Mélanie Joly... (Photo Martin Chamberland, La Presse) - image 5.0

Agrandir

Mélanie Joly

Photo Martin Chamberland, La Presse

Mélanie Joly

En 2012, Mélanie Joly était associée directrice de Cohn&Wolfe, une firme de relations publiques dont elle détenait 15% des actions. Elle a quitté Cohn&Wolfe et a vendu ses actions en mai dernier, trois semaines avant d'annoncer sa candidature à la mairie de Montréal. Pour l'année 2012, la quasi-totalité de ses revenus provenait de Cohn&Wolfe, où son salaire de base était de 175 000$ par année, en plus de bonis. Elle a donné 4050$ à des oeuvres de bienfaisance (notamment à Centraide), soit 1,8% de ses revenus. Mélanie Joly a vendu en 2013 une propriété à revenus qui lui servait aussi de résidence. Cette propriété de deux étages est évaluée à environ 803 000$ au rôle foncier.

Déclarations de revenus 2012

REVENUS

Revenus d'emploi (associée directrice de la firme de relations publiques Cohn&Wolfe): 220 860,15$

Revenu total: 220 860,15$

DÉDUCTIONS

REER: 9915,67$

Revenu imposable: 209 869,48$

Dons: 4050,00$

Crédit d'impôt pour les dons: 964$ au Québec, 1146,50$ au fédéral

Crédit d'impôt pour contributions à des partis politiques au Québec: 160$

Impôt total: 87 521,22$

Impôt au Québec: 42 174,01$

Impôt au fédéral: 45 347,21$

Taux d'imposition réel total: 39,6%

Taux d'imposition réel au Québec: 19,1%

Taux d'imposition réel au fédéral: 20,5%

Taux de dons (par rapport au revenu annuel): 1,8%

TAXES FONCIÈRES

Mélanie Joly ne possède actuellement pas de propriété immobilière donnant lieu à des taxes foncières.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer