Le coprésident de la campagne libérale démissionne

En fin de journée, le PLC a diffusé... (Photo archives La Presse)

Agrandir

En fin de journée, le PLC a diffusé une brève déclaration au nom de M. Gagnier. « Afin d'éviter toute distraction de la campagne électorale et d'assurer que Justin Trudeau soit élu premier ministre du Canada, j'ai pris la décision de prendre du recul par rapport à la campagne », a déclaré le proche conseiller de Justin Trudeau.

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(OTTAWA) Le coprésident de la campagne libérale, Dan Gagnier, a été forcé de démissionner mercredi en raison d'un courriel envoyé à des employés de la compagnie TransCanada.

Dans ce courriel de trois pages, l'ancien bras droit de Jean Charest les conseille entre autres sur la meilleure stratégie à adopter pour faire valoir leur position auprès d'un nouveau gouvernement pour que le projet d'oléoduc controversé Énergie Est aille de l'avant sans être trop retardé.

« [Il sera] extrêmement important en terme de révision des règles et critères de l'Office national de l'énergie (ONÉ) que TransCanada (TC) et l'industrie trouvent un point d'entrée très tôt afin que le processus ne ralentisse pas les délais prévus de mise en vigueur », a écrit celui qui agit comme coprésident de la campagne du Parti libéral.

Énergie Est transportera du brut albertain jusqu'au Nouveau-Brunswick en passant par le Québec. Il fait actuellement l'objet d'un examen par l'ONÉ. Le Parti libéral et le NPD ont promis que ce projet ne pourra aller de l'avant sans un examen en vertu de critères environnementaux plus stricts. 

En fin de journée, le PLC a diffusé une brève déclaration au nom de M. Gagnier. « Afin d'éviter toute distraction de la campagne électorale et d'assurer que Justin Trudeau soit élu premier ministre du Canada, j'ai pris la décision de prendre du recul par rapport à la campagne », a déclaré le proche conseiller de Justin Trudeau. 

« Je regrette que cette campagne soit affectée par des attaques négatives et personnelles, a-t-il ajouté. J'ai toujours agi dans les règles de l'art. Dans l'intérêt supérieur du parti, j'ai décidé de prendre du recul. »

Ils n'ont pas précisé la nature de ses liens avec TransCanada.

Enquête demandée

Plus tôt dans la journée, le NPD avait vivement dénoncé ces démarches et compte demander au Commissariat au lobbying du Canada d'enquêter sur cette affaire. « Ça démontre que le "changement" que propose M. Trudeau consiste en fait à remplacer le "club des petits amis" conservateurs par celui des "petits amis" libéraux », a lancé le candidat ontarien Charlie Angus.

Greenpeace Canada a lui aussi exprimé ses inquiétudes. « Ce genre d'agissement est inacceptable et rappelle tristement la proximité qui a existé pendant 10 ans entre le gouvernement Harper et l'industrie pétrolière », a tranché le porte-parole Patrick Bonin.

Dans son courriel, M. Gagnier y précise également les meilleurs ministres à approcher par TransCanada pour faire valoir leurs intérêts. L'identité des ministres de l'Environnement et de l'Énergie fera partie des « signes » à surveiller pour voir les orientations d'un prochain gouvernement, a-t-il écrit.

« Bien entendu, le ministre des Finances sera [d'une importance] critique ».

Scénarios de gouvernement minoritaire

Outre la question énergétique, qui couvre moins du quart de son analyse, M. Gagnier y expose les différents scénarios qui pourraient se jouer le 19 octobre si un parti ou un autre remporte un mandat minoritaire.

Une minorité libérale ou néo-démocrate engendrerait un conseil des ministres plus restreint, probablement autour de 25 ministres. La question du Sénat devrait être étudiée rapidement pour être en mesure de passer des projets de loi : il y a plusieurs sièges vacants et les conservateurs y sont en majorité.

M. Gagnier y ajoute que s'il est élu à la tête d'un gouvernement minoritaire, Stephen Harper devra obtenir rapidement la confiance de la Chambre, au plus tard en janvier. Entre-temps, la Convention de transition devrait continuer à s'appliquer, comme en campagne électorale. Cette convention limite les gestes du gouvernement en ce qui a trait aux politiques, dépenses et nominations.

« Heureux de répondre à toutes vos questions », a-t-il conclu à la fin de son message.  

- Avec Joël-Denis Bellavance et la Presse canadienne

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Les plus populaires sur Auto

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

image title
Fermer