8. Parents sous surveillance

Elliott appuie tendrement l'oreille sur le ventre rebondi de sa maman enceinte.... (Photo Getty Images/iStockphoto)

Agrandir

Photo Getty Images/iStockphoto

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Parents en guerre
Parents en guerre

Une séparation sur quatre tourne mal et ce sont les enfants qui écopent. »

(Deux-Montagnes) Elliott appuie tendrement l'oreille sur le ventre rebondi de sa maman enceinte. Ses deux frères les enlacent. Autour d'eux, les étagères débordent de jouets et de poupées.

La scène est digne d'un studio de photographie. Mais cette image idyllique cache une réalité douloureuse. Comme des centaines de petits Québécois, les trois garçons sont forcés de voir leur maman sous surveillance - le divorce de leurs parents a trop mal tourné.

Depuis un an, toutes leurs interactions sont notées par les intervenants de SOS Jeunesse. Après leur saut à Deux-Montagnes, les trois frères repartent. Et leur mère éclate en sanglots. « À chaque rencontre, c'est le procès de maman. Les enfants la scrutent pour mieux la critiquer. Ils font tout un plat d'une cigarette et rapportent tout à papa », constate la coordonnatrice, Linda Provost.

Son organisme - l'un des services d'échanges et de visites supervisés les plus anciens au Québec - est là pour éviter le pire : que des enfants effacent à jamais un parent de leur vie. Parmi la soixantaine d'enfants envoyés là sur ordre de la Cour supérieure en 2013-2014, dans le cadre d'un litige de garde, un peu moins du tiers sont très contaminés par la hargne d'un parent.

Le parent honni a parfois de réelles lacunes à régler, mais il a parfois été éjecté pour des vétilles ou se débat contre de fausses accusations.

Du fort

Renouer n'est pas facile. Les enfants très influencés répètent des mots d'adultes, « comme des perroquets ». Un garçon de 11 ans clamait que sa mère buvait « du fort ». « Quand on lui a demandé comment il le savait, il a répondu : "C'était écrit du fort sur la bouteille" », dit Linda Provost. Le même enfant disait avoir « lu sur un papier » que si sa mère obtenait la garde partagée un jour, il ne pourrait plus avoir d'amis.

Un autre garçon de 6 ans frappait sa mère dans le ventre et disait que son père et lui en avaient assez de venir la voir. Le petit a refusé une photo d'elle en lançant qu'elle n'était pas belle parce qu'elle avait la peau brune (comme lui...).

Il y a deux mois, un juge a décrété que la mère pourrait bientôt voir son fils sans supervision. Il avait été choqué d'apprendre que le père avait confié à l'enfant « un gros secret » au sujet de sa mère, et que le petit ne pouvait dire de quoi il s'agissait parce que son père « le mettrait à genoux dans un coin, lui donnerait la fessée et lui crierait après ».

En 19 ans, la coordonnatrice a vu d'innombrables techniques de sabotage. « Des mères ne nourrissent pas leur bébé pour qu'il crie et pleure pendant la visite du père ou pour qu'on les rappelle plus vite », dit-elle.

« Une autre se fiche de faire de la peine à sa petite de 4 ans. Elle lui dit : "Les cadeaux qu'il te donne, on ne peut pas les prendre." »

Une troisième exprime son mécontentement en reprochant à sa fille de 10 ans de « trop s'exciter » dans l'auto les soirs de visite et en lui disant que « c'est dangereux ».

Plusieurs enfants changent « catégoriquement de personnalité d'une minute à l'autre », dit Mme Provost. Ils arrivent à reculons, le visage impassible, les bras plaqués le long du corps. « Mais quand le parent gardien est parti, ils galopent dans les bras de l'autre. »

Quand certains parents le découvrent, en lisant plus tard le rapport des intervenants, « ils blâment l'enfant, ils lui reprochent d'avoir eu du plaisir avec l'autre », se désole Mme Provost.

Chantage sexuel

Rappelé à l'ordre, le père d'un garçon de 11 ans levait les yeux au ciel et s'emportait en disant que l'enfant pouvait décider de voir ou non sa mère, alors que les visites avaient été ordonnées par un juge. « On a appris plus tard qu'il faisait du chantage sexuel ! s'indigne Mme Provost. Il exigeait que son ex couche avec lui en lui promettant de laisser l'enfant avec elle une demi-heure de plus en échange. »

Quand les intervenants les prennent en défaut, ces parents se fâchent. « Ils veulent que les enfants nous haïssent comme ils haïssent l'autre parent. »

La mère d'une enfant qui s'était meurtri bizarrement le bras de toutes ses forces lors d'une visite a emmené la petite au poste de police pour qu'elle prétende que les intervenants la battaient. « Tout était manigancé ; la police l'a vu. Mais depuis, le père a très peur que la mère pousse leur fille à inventer qu'il l'agresse. »

Pour la première fois de sa carrière, l'hiver dernier, la coordonnatrice a dû expulser une mère qui la bombardait de lettres d'avocat et sabotait tous les efforts de son équipe. Bouleversée, l'enfant a déclaré : « Linda, tu ne peux plus être mon amie... »

SOS Jeunesse était surtout le seul endroit où la petite de 5 ans pouvait voir son père.

Ne l'appelle pas papa

« Le mot papa est banni. Quand l'enfant vient visiter son père, des mères disent : "Tu lui diras, à lui, là ; tu demanderas au monsieur..." »

La coordonnatrice de SOS Jeunesse, Linda Provost, a déjà reçu plus d'une lettre d'avocat lui ordonnant de respecter ce genre de consigne. Une mère exigeait que sa fille de 4 ans appelle son vrai père « l'ami Fred ».

En visite supervisée, une fillette de 7 ans disait « papa » en parlant du conjoint de sa mère. Elle a déclaré à son père que maman voulait que ce soit comme ça, qu'il n'était plus son vrai père.

Parfois, les nouveaux conjoints en rajoutent, dit Mme Provost. « J'en ai vu un frapper le volant de sa voiture et pleurer à chaudes larmes en apprenant qu'un garçon de 4 ans avait eu du plaisir en visitant son père. Il criait : c'est mon petit, pas le sien ; c'est moi qui l'ai élevé. »

Au fil des mois, certains évoluent. La fille de l'« ami Fred » appelle maintenant son père « papa ». « Et ses parents s'échangent maintenant l'enfant sans notre aide », se réjouit Mme Provost.

En chiffres

452
Nombre de familles bénéficiant de visites supervisées dans 15 de ces services sondés par l'Université Laval
9
Nombre moyen de visites par famille annuellement

Source: Les services de supervision des droits d'accès: comprendre les services et la situation des enfants et leurs parents, Université Laval, 2014, Marie-Christine Saint-Jacques




À découvrir sur LaPresse.ca

  • 1. Des enfants déchirés

    Parents en guerre

    1. Des enfants déchirés

    «Ils divorcèrent, vécurent l'enfer et démolirent leurs enfants...» Même si la majorité des couples qui se séparent le font sans trop de dégâts,... »

  • 2. Des bombes à retardement

    Parents en guerre

    2. Des bombes à retardement

    Xavier* est en deuxième année, mais il explose comme un adolescent en crise. Il urine sur le plancher des toilettes de l'école. Il fait pleuvoir tant... »

  • 3. Des fausses accusations, l'arme ultime

    Parents en guerre

    3. Des fausses accusations, l'arme ultime

    Son père frappait sa mère, a raconté le petit Montréalais de 10 ans. Il a aussi dit qu'il « le frappait, lui, avec une ceinture, et que sa colonne... »

  • 4. Les autorités crient au secours

    Parents en guerre

    4. Les autorités crient au secours

    Dépassées par l'avalanche de conflits de séparation, les autorités ont demandé de l'aide. «Les juges ont réclamé de la formation parce qu'ils voient... »

  • 5. Aller trop loin

    Parents en guerre

    5. Aller trop loin

    « S'il fallait placer chaque enfant témoin de chicanes parentales, il faudrait placer tous les enfants québécois. » »

  • 6. Divorcer de son parent

    Parents en guerre

    6. Divorcer de son parent

    C'est la pire des catastrophes. Quand, après avoir vu ses parents se séparer, un enfant décide de rompre lui aussi en rejetant son père ou sa mère.... »

  • 7. Pourquoi un enfant s'éloigne d'un parent

    Parents en guerre

    7. Pourquoi un enfant s'éloigne d'un parent

    À la suite du choc de la séparation, bien des parents ont soudain du mal à jouer leur rôle. Leur relation avec leur enfant se dégrade, et parfois,... »

  • 9. Survivre à l'aliénation, deux récits

    Parents en guerre

    9. Survivre à l'aliénation, deux récits

    Une adolescente détournée de son père et une mère privée de son fils nous racontent leur histoire. Elles ne se connaissent pas, mais leur souffrance... »

  • 10. Tribunaux au bord de la crise de nerfs

    Parents en guerre

    10. Tribunaux au bord de la crise de nerfs

    La rancune des parents en guerre leur coûte une fortune. Elle ruine aussi les tribunaux, pris d'assaut pour des vétilles. Voici comment juristes et... »

  • 11. Prendre un parent par la main

    Parents en guerre

    11. Prendre un parent par la main

    Dix familles montréalaises engluées dans des conflits sans fin ont récemment accepté de faire une trêve pour tester une approche révolutionnaire... »

  • 12. Expertises bâclées ou faussées

    Parents en guerre

    12. Expertises bâclées ou faussées

    Trente-deux psychologues et quatre travailleurs sociaux québécois ont été punis depuis 2001, pour avoir pondu des expertises bâclées ou faussées -... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer