Exclusif

Contrats publics à Montréal: un «incorruptible» sur la liste noire

Pierre Allard apparaît dans la liste de personnes... (PHOTO TIRÉE D'UNE VIDÉO)

Agrandir

Pierre Allard apparaît dans la liste de personnes à priver de contrat à Montréal, même s'il est l'un des rares témoins qui a expliqué à la juge Charbonneau comment il avait refusé de participer à la collusion.

PHOTO TIRÉE D'UNE VIDÉO

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un «incorruptible» de la commission Charbonneau, salué pour son courage à dénoncer la collusion, se trouve inscrit malgré tout sur la liste noire de Montréal. La Ville lui reproche d'avoir versé 60 $ à deux cols bleus de Laval qui menaçaient de nuire à l'un de ses chantiers.

La Presse révélait vendredi que 26 entreprises étaient interdites de contrat par six arrondissements de la métropole. Mais voilà, la Ville de Montréal a fourni dans la journée de vendredi un nouveau document détaillant cette fois les sociétés exclues des appels d'offres des services centraux de la métropole. Beaucoup plus long, celui-ci contient les noms de 235 entreprises et filiales.

Cette liste noire de 12 pages, datée du 24 juillet, est décrite comme «partielle». Prévenant que plusieurs entreprises ont pu être omises, la Ville a inclus les noms de 23 témoins de la commission Charbonneau. Avant d'octroyer tout contrat, les services municipaux sont invités à vérifier parmi les administrateurs des entreprises si l'une de ces «personnes ayant fait des admissions» apparaît et à rejeter leurs soumissions le cas échéant.

Le nom de l'entrepreneur Pierre Allard, d'Excavation S. Allard, apparaît dans cette liste de personnes et entreprises à interdire de contrat. Cet entrepreneur de Mascouche est pourtant l'un des rares témoins à avoir été invité à témoigner à la commission Charbonneau pour expliquer comment il avait refusé de prendre part à la collusion à Laval.

«J'avais une décision à prendre pour dire si j'embarque dans ce système. Je n'avais pas beaucoup de temps, j'ai décidé de ne pas le faire. J'en suis très content aujourd'hui», avait expliqué Allard.

Le témoignage de Pierre Allard avait été qualifié de «rafraîchissant et réconfortant» par la présidente de la commission, la juge France Charbonneau. Elle avait également salué le courage de l'entrepreneur qui a dénoncé à l'escouade Marteau les pratiques en place à Laval.

Pas une erreur

La Ville de Montréal a confirmé à La Presse qu'il ne s'agissait pas d'«une erreur et que "l'entreprise Excavation S. Allard Inc. est exclue de tout contrat». Un porte-parole de la métropole, Philippe Sabourin, a expliqué que durant son témoignage, Pierre Allard «a admis avoir donné un pot-de-vin à deux cols bleus».

L'entrepreneur a en effet indiqué lors de son témoignage s'être fait demander 100 $ par deux cols bleus de Laval sur l'un de ses chantiers, sans quoi ceux-ci menaçaient de bloquer l'avancement des travaux. L'entrepreneur a relaté avoir «pilé sur ses principes» et versé 60 $ en argent comptant. Il avait ajouté avoir ensuite dénoncé la situation à un contremaître municipal.

La Ville de Montréal estime que cet aveu rend l'entrepreneur de Mascouche inadmissible à l'obtention de tout contrat public sur son territoire. «À partir du moment où une personne visée par la Politique de gestion contractuelle admet avoir fait un pot-de-vin, la Ville n'a pas de discrétion et doit rejeter et déclarer sa soumission non conforme si elle soumissionne à un appel d'offres», a indiqué Philippe Sabourin. Cette interdiction dure 5 ans.

Il a été impossible de s'entretenir avec M. Allard vendredi. Son entreprise est présentement fermée en raison des vacances de la construction.

Vaste liste

La liste noire de la Ville de Montréal va bien au-delà des témoignages entendus à la commission Charbonneau. Plusieurs entreprises dont les noms n'ont pas été évoqués à l'enquête publique se trouvent également interdites de contrat. Celles-ci ont pour la plupart été reconnues coupables de collusion par le Bureau de la concurrence du Canada (BCC).

Les entreprises condamnées pour leur participation à un cartel dans l'entretien des égouts de plusieurs villes québécoises se trouvent ainsi sur la liste noire. Fait particulier, même l'entreprise qui avait dénoncé le stratagème, Veolia, est désormais «déclarée non conforme». Le BCC avait pourtant accordé l'immunité à l'entreprise en raison de sa collaboration à cette enquête. Montréal considère toutefois que des employés ont reconnu la participation de l'entreprise dans le cartel, la disqualifiant pour ses futurs appels d'offres.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer