• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Ottawa songe à acheter des avions de chasse grugés par la corrosion 

Ottawa songe à acheter des avions de chasse grugés par la corrosion

Au début d'octobre, le gouvernement Trudeau a confirmé... (Photo Reuters/Australian Defense Force)

Agrandir

Au début d'octobre, le gouvernement Trudeau a confirmé que le Canada avait entamé des discussions avec le gouvernement de l'Australie parce qu'il envisageait d'acquérir les chasseurs F/A-18 Hornet et les pièces de rechange connexes.

Photo Reuters/Australian Defense Force

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les avions de chasse usagés F/A-18 Hornet que le gouvernement Trudeau songe à acheter de l'Australie afin de combler le déficit de capacité qui guetterait les Forces armées canadiennes pourraient s'avérer un véritable gouffre financier à cause de la corrosion qui est apparue sur les appareils et l'affaiblissement structurel du fuselage.

L'Australian National Audit Office (ANAO) - l'équivalent du Bureau du vérificateur général du Canada - affirme dans un rapport publié le 27 septembre 2012 que l'état de la flotte des avions de chasse est tel qu'il faudra d'importants investissements pour prolonger leur durée de vie utile au-delà de 2020.

Dans ce rapport, l'ANAO constate que les coûts annuels d'entretien de ces appareils acquis dans les années 80 et construits par Boeing avaient déjà bondi de 73 % pour atteindre 1,3 million de dollars australiens par appareil. Les vérificateurs estimaient que l'entretien de l'ensemble de la flotte de 71 appareils coûterait au moins 214 millions de dollars par année à compter de 2018-2019.

« Les statistiques de la Défense indiquent que, au cours des dernières années, l'entretien de la flotte Hornet est devenu plus difficile et plus onéreux, avec l'apparition de plus en plus répandue de la corrosion sur le fuselage et des enjeux liés à l'affaiblissement structurel », peut-on lire dans le rapport de l'ANAO.

« La plupart des appareils de la flotte Hornet ont dépassé la limite optimale de l'affaiblissement structurel du fuselage en raison des heures de vol accumulées. »

« Leur rythme d'utilisation devra être modérément réduit, à défaut de quoi leur résistance à la fatigue [fatigue life] sera épuisée avant même qu'ils n'aient atteint leur durée de vie de 6000 heures de vol », souligne-t-on aussi.

CONFLIT AVEC BOEING

Au fil des ans, ces avions de chasse ont été modernisés avec de nouveaux ordinateurs et des équipements de tir plus sophistiqués, de sorte qu'ils sont relativement comparables aux avions de chasse CF-18 des Forces armées canadiennes.

Au début d'octobre, le gouvernement Trudeau a confirmé que le Canada avait entamé des discussions avec le gouvernement de l'Australie parce qu'il envisageait d'acquérir les chasseurs F/A-18 et les pièces de rechange connexes. Le gouvernement s'attend à avoir une idée plus précise du coût d'achat de ces avions et de leur état d'ici à la fin de l'année en cours.

Au départ, le gouvernement Trudeau avait l'intention d'acheter 18 avions de chasse Super Hornet flambant neufs de Boeing, évalués à 6,4 milliards de dollars, afin de combler le déficit de capacité, mais il a décidé de se tourner vers l'Australie après que Boeing eut déposé une plainte contre Bombardier auprès du département du Commerce des États-Unis au printemps. Dans cette plainte, Boeing allègue que Bombardier a profité de subventions illégales du gouvernement du Québec et du gouvernement fédéral pour vendre des avions C Series à un prix dérisoire sur le marché américain.

Au début d'octobre, le département du Commerce a asséné une autre gifle commerciale à Bombardier en imposant des droits antidumping de presque 80 %, lesquels s'ajoutent aux droits compensateurs de 220 % qui avaient été imposés à la fin de septembre.

« DE VIEUX BAZOUS »

Pour le député conservateur Pierre Paul-Hus, le gouvernement Trudeau fait à l'évidence fausse route en songeant à faire l'acquisition d'avions de chasse en si mauvais état. Selon lui, la seule option qui s'impose maintenant est de lancer un appel d'offres en bonne et due forme pour remplacer la flotte vieillissante des CF-18.

« Le gouvernement s'apprête à acheter de vieux bazous. Cela fait juste confirmer ce que l'on soupçonne depuis le début. Pourquoi acheter des avions qui sont dans un état pire que les nôtres ? C'est juste pour gagner du temps », a affirmé M. Paul-Hus.

« Si le gouvernement achète ces avions, ce sera carrément un gaspillage d'argent, dans le seul but de ne pas lancer un appel d'offres. »

Selon David Perry, expert en matière de défense, les avions de chasse usagés de l'Australie sont comparables aux CF-18. « Mais si le gouvernement achète des avions usagés, il va avoir des avions usagés. Ces avions sont comparables aux CF-18 parce qu'ils ont été modernisés, mais il ne faut pas oublier qu'ils arrivent aussi à la fin de leur durée de vie utile », a-t-il souligné.

Le député du Bloc québécois Michel Boudrias s'est déjà élevé contre la possibilité que le Canada achète ces avions de l'Australie, affirmant que le gouvernement Trudeau s'apprêtait à répéter l'erreur de l'ancien gouvernement libéral de Jean Chrétien qui avait acheté des sous-marins britanniques usagés dans les années 90. Cette décision s'est avérée un gouffre financier pour les contribuables puisque les sous-marins achetés au coût de 750 millions de dollars en 1998 ont nécessité des travaux de réparations de 2,6 milliards de dollars pour être mis à jour pendant une dizaine d'années.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer