• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Chaleur exceptionnelle au Québec: une anomalie qui survient une fois au 30 ans 

Chaleur exceptionnelle au Québec: une anomalie qui survient une fois au 30 ans

La température des derniers jours dépasse souvent de... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

La température des derniers jours dépasse souvent de 10 °C la normale en cette saison, selon Environnement Canada.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

Une arrière-saison comme cela, ça n'arrive qu'une fois tous les 30 ans, selon Environnement Canada. Résultat : dans les champs, la laitue, le brocoli et le chou-fleur poussent comme en plein coeur de juillet, tandis que les arbres tardent à prendre leurs couleurs d'automne.

10 °C AU-DESSUS DES NORMALES

« Habituellement, il fait 18 °C le jour dans la région de Montréal, relève Amélie Bertrand, météorologue chez Environnement Canada. Ces temps-ci, nous sommes souvent 10 degrés au-dessus des normales le jour et nous avons au moins 7 degrés de plus la nuit. Des conditions comme cela, cette chaleur et cette absence de précipitations sur une si longue durée, ça se voit une fois tous les 30 ans. » Selon Environnement Canada, l'été fera des heures supplémentaires jusqu'au début d'octobre.

LES COULEURS SE FONT ATTENDRE

« J'ai noté que deux lilas ont produit des fleurs dernièrement, relate Alain Cogliastro, botaniste au Jardin botanique de Montréal. Pas impossible que ce soit une anomalie naturelle, mais cela arrive surtout quand les automnes sont assez chauds. »

M. Cogliastro ajoute que l'été qui se décale, depuis un bon petit bout de temps, pourrait obliger l'industrie touristique à s'ajuster. « Le temps sec retarde la coloration automnale, tout en la rendant plus forte. Les rouges sont plus vifs », note-t-il.

À l'approche de l'hiver, les plantes de façon générale « ont besoin d'accumuler des réserves de sucre et la photosynthèse a besoin d'eau pour se réaliser, poursuit M. Cogliastro. Le temps actuel peut donc leur faire subir un certain stress. Les frênes, qui ont besoin de beaucoup d'eau, pourraient notamment être fragilisés. »

LA FOLIE DANS LES CHAMPS

« Habituellement, à ce temps-ci de l'année, tout pousse lentement, explique Philippe Benoit, propriétaire de la ferme La Bourrasque, à Saint-Nazaire-d'Acton, en Montérégie. Mais là, certains légumes continuent de pousser à la vitesse grand V, il faut vite les récolter, se dépêcher de les mettre en marché. »

Alors que septembre permet normalement aux producteurs maraîchers de souffler un peu, « c'est le marathon qui continue », poursuit M. Benoit, précisant que les circonstances l'ont amené à garder ses employés saisonniers plus longtemps que prévu.

Si la laitue, le brocoli et le chou-fleur poussent à plein, « pour les concombres, les courgettes ou les tomates de champ, c'est trop tard. Les maladies fongiques s'attaquent nécessairement à eux à cette période de l'année ».

Septembre permet donc dans une certaine mesure de limiter les pertes subies lors des grandes pluies du début de la saison, mais les chaleurs actuelles ne permettront pas de tout compenser.

DES RAISINS PLUS FRAGILES

Dans les vignobles, le temps chaud retarde la saison des vendanges. « Habituellement, on commence le dernier week-end de septembre, mais cette année, ça va aller à octobre », dit Véronique Hupin, propriétaires des Pervenches, à Farnham, en Montérégie.

Pour l'instant, cette chaleur est favorable aux raisins, mais impossible de crier victoire tout de suite. « Les raisins sont très mûrs et donc fragiles. Il suffirait d'un gros orage... »

DES OISEAUX PLUS LONGTEMPS PARMI NOUS ?

Pour ce qui est des animaux, André Desrochers, professeur au département de sciences forestières de l'Université Laval, relève que le temps exceptionnellement chaud « peut peut-être amener certains oiseaux à retarder leur départ, et les colibris, qui migrent tôt, pourraient se faire prendre. Mais en général, le thermomètre ne monte quand même pas jusqu'à 40 °C, alors ça ne devrait pas affecter les animaux dans leur physiologie ».




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer