L'extrême droite québécoise se mobilise

Tôt lundi matin, les automobilistes de Québec ont... (PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK)

Agrandir

Tôt lundi matin, les automobilistes de Québec ont pu apercevoir pendant une vingtaine de minutes une banderole de plusieurs mètres de large installée sur une passerelle piétonnière au-dessus de l'autoroute Henri-IV, à Sainte-Foy.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les militants d'extrême droite québécois se mobilisent sur les réseaux sociaux dans la foulée de l'afflux de migrants à la frontière américaine et des violences racistes en Virginie. Un groupe ultranationaliste québécois a ainsi lancé hier une campagne anti-immigration à Québec en installant des bannières à «caractère haineux», selon la police.

Un deuxième groupe a légitimé le recours à la violence par des manifestants de la droite radicale américaine samedi à Charlottesville. La Fédération des Québécois de souche, qui fait la promotion d'un «véritable nationalisme québécois», a plaidé samedi sur Facebook que «l'immigration massive» était responsable des violents heurts qui ont fait un mort et de nombreux blessés en Virginie. Une femme de 32 ans est morte frappée par une voiture qui aurait délibérément foncé dans la foule de contre-manifestants venus s'opposer à un rassemblement de néonazis et de suprémacistes blancs.

«Sous la pression des "minorités" ils retirent des statues, renomment des parcs et effacent l'histoire - les patriotes se lèvent pour protéger une statue qui sera déboulonnée au nom de la rectitude politique. Soyez assurés, cela arrivera ici également», a écrit le groupe qui compte 7000 membres sur sa page Facebook. Ce message a d'ailleurs suscité plusieurs messages d'encouragement. «Ça s'en vient! Enfin!», s'est réjoui l'un d'entre eux. «Eux autres, yont des culottes contrairement a nous icit», a ajouté un autre.

En entrevue, le porte-parole du groupe, créé il y a une dizaine d'années dans la foulée des accommodements raisonnables, a pris la défense de ses homologues nationalistes américains de l'«alt-right». 

«Les antifascistes s'attendaient à pouvoir molester les participants de l'événement nationaliste. On voit qu'ils étaient armés, masqués. Ils avaient toutes sortes d'armes, ils s'en sont pris à des policiers. Un jour, c'est sûr que ça serait arrivé que les nationalistes se défendent face aux attaques de l'extrême gauche», dit Rémi Tremblay.

M. Tremblay n'a pas condamné le recours à la violence par l'assaillant, un sympathisant néonazi.

«[Les militants de l'extrême gauche], ce ne sont pas de grands démocrates. Aussitôt que quelqu'un ne pense pas comme eux, ils mettent leur masque et sortent leur bâton de baseball. Et pouf, si quelqu'un ose se défendre, ils crient. Ces gens n'avaient pas rapport en premier lieu», a maintenu Rémi Tremblay au sujet des manifestants anti-fascistes.

Un autre groupe ultranationaliste québécois s'est toutefois distancié de la position de la Fédération. «La violence n'est jamais justifiée», a martelé en entrevue Sylvain Brouillette, porte-parole de La Meute, qui compterait 55 000 membres dans toutes les régions du Québec et qui refuse l'étiquette d'extrême droite. «On est un groupe pacifique. Jamais on ne va justifier un geste de violence», a-t-il assuré.

Très mobilisés, les membres de La Meute se font voir de plus en plus sur le terrain depuis un an. Ils organisent d'ailleurs une manifestation dimanche après-midi à Québec pour dénoncer «les dérapages de Justin Trudeau et les politiques d'immigration illégale». Le groupe invite ses membres à suivre les directives de leur «chef de clan respectif» en vue de la manifestation, dont le lieu précis n'est pas publicisé «pour des raisons de sécurité».

La «remigration» est une solution au «chaos migratoire»... (PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK) - image 2.0

Agrandir

La «remigration» est une solution au «chaos migratoire» en cours au Québec, selon Rémi Tremblay.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Une banderole anti-immigration à Québec

Tôt hier matin, les automobilistes de Québec ont pu apercevoir pendant une vingtaine de minutes une banderole de plusieurs mètres de large installée sur une passerelle piétonnière au-dessus de l'autoroute Henri-IV, à Sainte-Foy. C'est un citoyen qui a retiré la banderole sur laquelle on pouvait lire le mot «#REMIGRATION!» et qui l'a remise aux autorités. Cette expression d'abord popularisée par les groupes d'extrême droite européens signifie le retour des immigrants dans leur pays d'origine.

L'événement est pris «au sérieux» par le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), a assuré le porte-parole Étienne Doyon. «La banderole a été saisie, un rapport des policiers a été fait. Ça a été transmis aux enquêteurs. Le suivi approprié va être fait. Oui, on peut penser que c'est à caractère haineux. Ce sont des sujets pris très au sérieux», a-t-il dit.

Plusieurs de ces banderoles ont été posées à Québec dans la nuit de dimanche à hier par des militants du groupe ultranationaliste Atalante Québec, suivi sur Facebook par 3000 personnes et qui se décrit comme un «rassemblement de militants identitaires et nationalistes». Sur une des banderoles, on peut voir un avion survolant le Stade olympique, une allusion aux réfugiés haïtiens accueillis récemment dans l'antre olympique.

Le groupe Atalante Québec s'est alerté hier sur Facebook du nombre croissant de migrants illégaux à la frontière et de l'«extermination tranquille» de «notre» peuple. «Une seule solution est possible pour renverser le phénomène avant qu'il ne soit trop tard. Il s'agit d'une inversion du flux migratoire, une #remigration à grande échelle accompagnée d'une politique de natalité efficace. Exprimez votre détermination à survivre comme peuple! Exprimez votre colère aux traîtres et aux collaborateurs!» Le message avait été partagé plus d'une centaine de fois, hier, notamment par des groupes ultranationalistes comme Anti-Antifa Québec et la Fédération des Québécois de souche. Atalante Québec n'a pas répondu à notre demande d'entrevue, hier.

Une solution au «chaos migratoire»

La «remigration» est une solution au «chaos migratoire» en cours au Québec, selon Rémi Tremblay, porte-parole de la Fédération des Québécois de souche, qui fait de la «lutte contre l'immigration» son principal objectif. Le groupe prône ainsi l'imposition d'un moratoire immédiat sur l'immigration. «[L'afflux de réfugiés haïtiens à la frontière] est tout simplement scandaleux. On ne peut pas recevoir de réfugiés qui arrivent d'un pays tiers sûr [les États-Unis]. Ils ne peuvent pas être considérés comme des réfugiés. C'est complètement aberrant qu'on les laisse entrer et qu'on les prenne en charge», dénonce-t-il.

Le porte-parole de La Meute, Sylvain Brouillette, dit ne pas être au courant de la campagne de «remigration». Le groupe maintient ne pas être «contre l'immigration», mais seulement contre l'immigration illégale. «On croit que nos lois sur l'immigration sont bien faites. On veut juste que ce soit fait dans les règles», soutient-il. Ainsi, les réfugiés qui affluent à la frontière américaine devraient «simplement être revirés de bord», puisque ce sont des «immigrants illégaux», dit-il.

Hier, la Sûreté du Québec s'est limitée à dire qu'elle était «au fait du dossier» et n'a pas révélé si des enquêtes portant sur des groupes d'extrême droite étaient en cours. «Notre mandat fait que si des actes criminels sont commis par une organisation ou par des gens qui se regroupent sous une bannière d'une organisation, on va enquêter. Oui, on se tient au courant, on est au fait», a indiqué Hugo Fournier, porte-parole de la Sûreté du Québec.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer