Le chauffeur motivateur

Le chauffeur de la STM Guy Blais encourage... (Photo Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

Le chauffeur de la STM Guy Blais encourage souvent les dizaines d'adolescents qui montent chaque matin dans l'autobus 85 pour se rendre à l'école secondaire d'Anjou.

Photo Martin Chamberland, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

« Je sais que les chances sont minces qu'il voit ce message, mais je tiens énormément à le faire : j'aimerais remercier du fond de mon coeur le chauffeur d'autobus de la 85 Hochelaga, qui, à tous les matins, à l'arrêt d'autobus de mon école nous dit de ne pas lâcher, qu'on est capable d'y arriver, de terminer cette longue année scolaire. [...] C'est grâce à lui, aujourd'hui, que j'ai terminé mon secondaire 5 ! »

« Tous ces jeunes qui montent avec moi le matin... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

« Tous ces jeunes qui montent avec moi le matin méritent qu'on les encourage », affirme Guy Blais, chauffeur d'autobus.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Ce message - publié sur la page Facebook Spotted STM il y a un peu plus d'une semaine - a vite recueilli plus d'un millier de mentions « J'aime » et a été partagé plus de 200 fois.

Le mot de l'auteur anonyme se poursuivait ainsi : « Même si il n'est qu'un chauffeur d'autobus à qui je ne reparlerai probablement jamais, il a fait une grande différence dans ma vie, il a été le seul à m'encourager, merci encore, je suis très reconnaissante envers vous. »

Il faut dire que ce message est plutôt inhabituel sur une page plus souvent utilisée comme messagerie amoureuse sur laquelle on peut écrire anonymement pour déclarer sa flamme à une autre personne, voire à un pur inconnu. Le concept, qui serait né dans les collèges britanniques, est aujourd'hui répandu en Europe et en Amérique. Nombre d'écoles secondaires, de cégeps et d'universités québécoises - et même la Société de transport de Montréal (STM) - ont désormais ce genre de page.

Le chauffeur en question s'est vite reconnu et a répondu sur la même page : « Tous ces jeunes qui montent avec moi le matin méritent qu'on les encourage. Mes 2 enfants sont en secondaire 4 et 5 et je sais à quel point ça peut être difficile, par moments, le secondaire. Mais faut pas lâcher ! J'ai été très fier de vous transporter, tous et chacun d'entre vous », a écrit Guy Blais le jour même.  

« En terminant, je voudrais juste te dire que si tu as terminé ton secondaire, je n'ai rien à voir là-dedans : c'est toi qui as fait tout le travail ! Encore une fois, bravo ! Au plaisir de te croiser de nouveau dans mon bus ! »

- Guy Blais, chauffeur d'autobus, à l'élève qui le remerciait sur la page Facebook Spotted STM

La Presse a retrouvé l'ado

La Presse a retrouvé la jeune auteure du message, qui préfère rester anonyme. L'adolescente nous a raconté être trop timide pour remercier le chauffeur en personne. Elle ne voulait surtout pas le déranger pendant qu'il conduisait. « Je me suis dit aussi que ça pourrait montrer aux autres usagers de la STM qu'on peut faire autre chose que se plaindre », raconte celle qui rêve de devenir optométriste.

Certains internautes lui ont reproché d'avoir écrit qu'il était un « simple chauffeur d'autobus ». « Je voulais dire que dans la vie, on ne porte pas nécessairement attention à la personne qui conduit notre autobus, c'est tout, rien de péjoratif là-dedans », réplique-t-elle.

À bord du bus 85

Jeudi dernier, La Presse est allée faire le trajet de la ligne 85 Hochelaga avec le sympathique chauffeur de 45 ans qui a pris un virage professionnel étonnant il y a deux ans à peine.

« Un chauffeur qui vous dirait qu'il ne regarde pas Spotted STM, c'est comme un artiste qui dit qu'il ne lit pas les critiques, c'est un menteur ! »

Jeudi dernier, des élèves de l'école secondaire d'Anjou révisaient leurs notes une dernière fois, massés dans l'autobus bondé. Ça jasait de « système lymphatique » à l'arrière. Assis tout au fond, un grand ado qui portait un polo froissé à l'effigie de l'école cognait des clous. Il était à peine 8 h.

« Restez cool pour vos examens et ça va bien aller », leur a dit le chauffeur avant de les faire descendre devant l'établissement du nord-est de la métropole.

Chaque matin depuis qu'on lui a attribué ce trajet, à la fin du mois de mars, alors que les ados montrent à bord de son autobus, M. Blais les accueille avec un chaleureux « bonjour, jeune homme » ou « bon matin, mademoiselle ». Il les questionne sur leurs cours de la journée. « Monde contemporain ? Il n'y a rien là. » 

Le chauffeur fait jouer des chansons entraînantes - question de les réveiller - choisies au hasard parmi sa « playlist » éclectique contenant 4000 titres - des Backstreet Boys à Elvis en passant par No Doubt. 

La Presse a questionné les élèves alors que le chauffeur était concentré au volant pour savoir s'il était toujours aussi dynamique. « Oh oui, madame, TOUJOURS, nous a dit Sabrina, élève de quatrième secondaire. Il ne fait pas ça parce que vous êtes là. »

Une passagère qui ignorait notre présence lui a d'ailleurs lancé : « Tous les chauffeurs devraient être comme vous » avant de descendre au métro Honoré-Beaugrand.

Changer de vie

Guy Blais a été embauché à la STM comme chauffeur il y a deux ans à peine. Il a fait carrière comme fonctionnaire au gouvernement du Québec, où il s'ennuyait à mourir.

« Avant, j'allais au travail à reculons, puis ça allait encore trop vite », dit le père de famille de 45 ans, qui détient un baccalauréat en communications avec une mineure en science politique.

Il ne se voyait pas passer encore 15 ans dans un bureau à travailler de 9 à 5. « Je ne veux pas dénigrer ceux qui font ce choix de carrière, c'est juste que ça ne me convenait pas. »

À sa pause, ce matin-là, le chauffeur originaire de Baie-Comeau sort de son autobus pour échanger quelques mots en arabe - sa femme est Marocaine - avec le camelot qui distribue des journaux gratuits à l'entrée du métro.

« Dans mon ancien travail, je n'arrivais pas à me réaliser. Aujourd'hui, j'essaie de faire la différence dans la vie des gens en partant de la base. »

M. Blais ignorait l'identité de l'élève qui lui a laissé un message sur Spotted STM jusqu'à ce que La Presse la retrouve dans le cadre de ce reportage.

« Je n'ai pas cherché à le savoir parce que chaque personne qui monte à bord de mon autobus mérite d'être encouragée », dit-il. Le dimanche, il fait le circuit 24 qui transporte des employés de l'hôpital Notre-Dame. « Je les remercie toujours de ce qu'ils font. Pensez-y, la plupart des gens sont en congé, et eux, ils s'occupent des malades. »

M. Blais souhaite travailler encore longtemps à la STM. « Un moment donné, tu réalises que tu n'as rien qu'une vie, alors tu es mieux d'en profiter. »




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer