Couillard a «entièrement confiance» en Florent Gagné

Le premier ministre du Québec Philippe Couillard... (PHOTO FRANCOIS ROY, LA PRESSE)

Agrandir

Le premier ministre du Québec Philippe Couillard

PHOTO FRANCOIS ROY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le premier ministre Philippe Couillard a pris la défense de l'enquêteur externe Florent Gagné, dont la nomination jeudi pour faire la lumière sur le cafouillage de l'autoroute 13, est contestée par plusieurs, notamment par la Coalition avenir Québec. «J'ai entièrement confiance en lui», a assuré le premier ministre vendredi après-midi.

«C'est assez difficile de trouver quelqu'un qui a autant d'expérience, une expérience aussi large, pour chacun des secteurs qui pourraient être visés par l'enquête, que ce soit les forces policières, le ministère des Transports, les relations avec le niveau municipal. Je pense que c'est un bon choix», a déclaré le premier ministre en mêlée de presse au centre-ville de Montréal. 

Florent Gagné avait été critiqué pendant la commission Charbonneau pour « avoir fermé les yeux » sur la collusion alors qu'il était sous-ministre au ministère des Transports. Florent Gagné a également été directeur de la Sûreté du Québec dans les dernières années.

«C'est une personne extrêmement qualifiée pour faire ce type de travail, peut-être la personne la plus qualifiée qu'on pouvait imaginer. Nous avons pleine confiance en M. Gagné et le travail va être faite dans les meilleurs délais», a maintenu le ministre Coiteux vendredi après-midi

«[L'autoroute] 13, ce n'est pas dans le bois, c'est en pleine ville. C'est incompréhensible et inacceptable!», a lancé le ministre des Finances Carlos Leitão vendredi matin. L'abandon de 300 automobilistes sur l'A13 pendant la nuit de la tempête de l'année n'aurait jamais dû se produire, ont martelé Carlos Leitão et le ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux, deux élus montréalais.

«M. le premier ministre l'a très bien exprimé hier, et s'est excusé au nom du gouvernement. C'est une situation qui est clairement inacceptable. Moi en tant que Montréalais aussi, je n'ai pas d'explication. Ça n'aurait pas dû se produire et ça ne devrait pas se reproduire jamais. C'est inacceptable», a affirmé M. Leitão en mêlée de presse en marge d'un grand rassemblement de la Chambre de commerce de Montréal métropolitain, au centre-ville de Montréal.

Le ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux tentait encore d'établir vendredi pourquoi il a fallu autant d'heures pour que la Direction des opérations lance l'évacuation des personnes. «Il va falloir qu'on aille au fond des choses, parce que ça ne s'est pas passé comme ça aurait dû se passer. J'en suis personnellement - et le gouvernement en est très insatisfait. [...] Ce qui s'est passé l'autre jour, ce n'est pas acceptable, et ça ne doit jamais se répéter. On va procéder aux enquêtes nécessaires», a-t-il maintenu en mêlée de presse vendredi après-midi.

«La situation va être analysée [pour savoir] pourquoi ça s'est produit. On a déjà commencé à avoir certains éléments. Au tout départ, l'autoroute 13 n'avait pas été bien déblayée, c'est aussi niaiseux que ça. Ça commence par un élément tout à fait humain, [mais] ça aurait pu et ça aurait dû être évité. Ça s'est complètement détérioré. Il faut s'assurer que ça ne se reproduise plus», a précisé pour sa part M. Leitão, député de Robert-Baldwin, à Montréal.

La ministre des Relations internationales et de la Francophonie Christine St-Pierre, également une élue de Montréal ne s'est pas étendue sur la question. «Tout a été dit. Le gouvernement a présenté ses excuses. Ça n'arrive pas souvent, ça n'arrive à peu près jamais. La situation était grave et le gouvernement l'a constaté. Alors aujourd'hui, il faut regarder vers l'avenir et organisons-nous pour que ça ne se reproduise jamais», a-t-elle déclaré lors de la même mêlée de presse, aux côtés de ses collègues Carlos Leitão, Luc Blanchette, ministre des Forêts et de Dominique Anglade, ministre de l'Économie.

Rappelons que pas moins de 300 voitures sont restées immobilisées en pleine tempête sur l'autoroute 13 à Montréal dans la nuit de mardi à mercredi, dans certains cas pendant plus de 12 heures. Or, ceux-ci n'ont jamais été secourus pendant la nuit, même si des policiers de la Sûreté du Québec ont tenté de rejoindre le ministère des Transports plus d'une centaine de fois. C'est seulement vers 4h du matin que les autorités ont fermé l'autoroute à la circulation et que les pompiers sont intervenus de leur propre chef pour prêter main-forte aux désespérés.

Le premier ministre Philippe Couillard s'est excusé jeudi de ce «cafouillage majeur» des autorités et a lancé une enquête externe qui sera dirigée par l'ancien sous-ministre et ancien directeur de la Sûreté du Québec Florent Gagné.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer