• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Un championnat de jiu-jitsu annulé après une mise en garde du SPVM 

Un championnat de jiu-jitsu annulé après une mise en garde du SPVM

Un tournoi international de jiu-jitsu brésilien qui devait se tenir à Montréal,... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un tournoi international de jiu-jitsu brésilien qui devait se tenir à Montréal, dimanche, a été reporté, alors que la police a averti le promoteur que les participants pourraient être arrêtés.

Plus de 250 participants étaient attendus au Canada National Pro Jiu Jitsu Championship, qui devait avoir lieu au Centre Pierre-Charbonneau, dimanche. Les athlètes qui provenaient de partout en Amérique du Nord ont dû rebrousser chemin, l'événement ayant été considéré comme illégal par le SPVM.

« L'article 83 du Code criminel qui régit les combats concertés stipule que pour être légaux, le sport du combat doit être régi par le CIO (Comité international olympique) ou il doit faire partie d'une fédération reconnue par le CIO, comme le karaté, le taekwondo, le judo, la boxe, la lutte libre et la lutte gréco-romaine », a expliqué Benoit Boisselle, porte-parole du SPVM. 

Le promoteur a été informé de l'existence de la plainte vendredi et qu'en vertu de l'article 83, s'il n'annulait pas l'événement, le SPVM pouvait s'y présenter et procéder à l'arrestation des organisateurs, mais également des participants. 

«The Canada Pro Jiu-Jitsu committee, le UAE Jiu-Jitsu Federation et de nombreux membres de la communauté du Jiu-Jitsu brésilien ont tenté de convaincre le SPVM de la différence entre le BJJ et le Jiu-Jitsu et ainsi de faire comprendre à la police que l'article 83 ne s'applique pas au BJJ », peut-on lire sur la page Facebook de l'événement.

 

Durant les combats de jiu-jitsu brésilien (BJJ), les combattants doivent maintenir leur adversaire au sol et le maitriser sans échanges de coups, contrairement au jiu-jitsu traditionnel. Selon l'article 83 du Code criminel, un «combat concerté s'entend d'un match ou combat, avec les poings, les mains ou les pieds, entre deux personnes qui se sont rencontrées à cette fin par arrangement préalable conclu par elles, ou pour elles. »

« Considérant la courte fenêtre de temps dont nous disposions entre la plainte et l'événement pour entreprendre des procédures légales, nous avons été contraints de repousser la compétition », a expliqué le comité organisateur à ses participants via Facebook.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer