• Accueil > 
  • Actualités 
  • > L'armée a terminé l'enquête sur sa gestion d'allégations d'inconduites sexuelles 

L'armée a terminé l'enquête sur sa gestion d'allégations d'inconduites sexuelles

L'enquête interne commandée par l'armée il y a plus d'un an sur la façon dont... (Photo d'archives)

Agrandir

Photo d'archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
OTTAWA

L'enquête interne commandée par l'armée il y a plus d'un an sur la façon dont elle avait réagi aux allégations d'agression sexuelle soulevées par l'ex-caporale Stéphanie Raymond est maintenant terminée.

Le comité interne avait été créé il y a 14 mois, le 28 janvier 2015, par le chef d'état-major de l'époque, le général Tom Lawson, qui voulait alors démontrer que l'armée prenait très au sérieux tout le phénomène des agressions sexuelles.

L'année précédente, la juge à la retraite de la Cour suprême Marie Deschamps avait reçu le mandat de mener une enquête indépendante sur l'«inconduite sexuelle» dans l'armée. Elle a conclu au printemps 2015 que le phénomène était «endémique» au sein des Forces armées canadiennes, une institution imprégnée d'une «culture de sexualisation» qui n'encourage pas du tout les femmes à dénoncer les agresseurs.

Cette réticence à dénoncer le harcèlement ou les agressions sexuelles est exacerbée par le fait que la chaîne de commandement «ignore» ou «tolère» ce type de comportement, concluait l'ex-juge Deschamps.

L'enquête interne de l'armée devait justement se pencher sur sa gestion des plaintes formulées par l'ex-caporale chef Stéphanie Raymond, qui disait avoir été violée par l'adjudant André Gagnon. Mme Raymond soutenait aussi qu'on l'avait poussée à quitter l'armée lorsqu'elle a porté plainte.

L'adjudant Gagnon a finalement été acquitté en août 2014, en cour martiale générale à Québec.

Un porte-parole de l'armée a confirmé que le rapport interne était maintenant sur le bureau du lieutenant-général Marquis Haines, commandant de l'armée canadienne, et devra ensuite recevoir l'«imprimatur» du général Jonathan Vance, actuel chef d'état-major de la Défense nationale.

Pour l'avocate torontoise Emma Phillips, qui a participé aux travaux de l'ex-juge Deschamps, le général Vance ne doit surtout pas donner l'impression qu'il se traîne les pieds dans cette enquête interne, alors qu'il a démontré jusqu'ici sa détermination à lutter contre les agressions et inconduites sexuelles dans l'armée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer