• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Ottawa refuse de livrer des renseignements de sécurité à Air Canada 

Ottawa refuse de livrer des renseignements de sécurité à Air Canada

La compagnie s'est plainte auprès du gouvernement fédéral... (Photo archives La Presse Canadienne)

Agrandir

La compagnie s'est plainte auprès du gouvernement fédéral de son obligation d'accueillir des agents de sûreté dans ses avions, une pratique souvent très dispendieuse pour elle.

Photo archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jim Bronskill
La Presse Canadienne
Ottawa

Le ministère fédéral de la Sécurité publique a refusé, mardi, d'autoriser Air Canada à accéder aux renseignements relatifs aux évaluations des risques d'attentats terroristes, une permission que le transporteur aérien souhaite obtenir afin de jouer un plus grand rôle dans la protection de ses passagers.

La compagnie s'est plainte auprès du gouvernement fédéral de son obligation d'accueillir des agents de sûreté dans ses avions, une pratique souvent très dispendieuse pour elle.

Le Programme canadien de protection des transporteurs aériens (PCPTA) implique l'introduction d'agents en civil à bord de certains vols commerciaux afin d'éviter que les appareils ne tombent entre les mains de terroristes.

Dans une requête soumise à un comité d'examen fédéral, Air Canada a fait valoir que, si un agent de sûreté exigeait un siège spécifique, elle était contrainte de lui donner même si la place avait déjà été vendue à un passager.

L'entreprise réclame que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) partage avec les transporteurs aériens toutes les données relatives aux évaluations des risques afin que ces derniers puissent décider d'annuler ou non un vol de manière éclairée.

Selon la requête, Air Canada demande aussi à Ottawa que le PCPTA se concentre sur les vols dont le niveau de risque a fait l'objet d'un accord préalable entre le transporteur et les autorités.

Le comité, dont la mission est de passer en revue la Loi sur les transports du Canada, doit publier son rapport d'ici la fin de l'année.

Toutefois, le ministère de la Sécurité publique a déjà rejeté l'idée de permettre aux compagnies aériennes de consulter les évaluations des risques.

«Pour des raisons de sécurité, les détails des évaluations des risques ne peuvent être partagés», a dit la porte-parole du ministère, Josée Sirois.

Mme Sirois n'a pas voulu organiser d'entrevue avec un représentant de son ministère et Air Canada a refusé de discuter des programmes ou des procédures de sécurité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer