La police a tenté de leurrer un proche de Rob Ford

Alexander Lisi... (Photo Chris Young, Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Alexander Lisi

Photo Chris Young, Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Colin Perkel
La Presse Canadienne
TORONTO

Une équipe d'officiers de police chargée d'enquêter sur Rob Ford a mandaté un agent d'infiltration pour qu'il persuade un ami de l'ancien maire de Toronto de participer à une vente de drogue.

Le but central d'une rencontre tenue le 11 septembre 2013 était de pousser Alexander Lisi à se joindre à une transaction directe, a rapporté le détective Ross Fernandes alors qu'il était contre-interrogé en cour, vendredi, à Toronto.

L'avocat d'Alexander Lisi, Domenic Basile, a fait remarquer à ce témoin qu'il «avait clairement reçu des instructions pour atteindre cet objectif». Ross Fernandes, qui n'est désormais plus un agent d'infiltration, a reconnu que des enquêteurs tenaient à ce qu'il convainque Alexander Lisi d'être partie prenante lors de la vente.

Il a ajouté que cette mission n'avait pas été simple, et ce, pour diverses raisons.

À l'époque, Alexander Lisi faisait profil bas en raison du scandale qui entourait la diffusion des images suggérant que Rob Ford avait fumé du crack.

De plus, le détective avait été incité à tenter de se lier avec Alexander Lisi en collaborant avec Jamshid Bahrami, un commerçant spécialisé dans le nettoyage à sec. Or, cette stratégie était risquée, car ce dernier disposait d'un permis lui donnant le droit de faire pousser de la marijuana ou d'en avoir en sa possession à des fins médicales. C'est donc dire que si Jamshid Bahrami avait été épinglé avec du cannabis fourni par Alexander Lisi, la mission policière n'aurait pas été concluante.

Par ailleurs, la tâche de Ross Fernandes a également été compliquée par le fait que Jamshid Bahrami persistait à vouloir le mettre en contact avec un autre fournisseur nommé Dan sous prétexte qu'il n'aimait pas les Italiens et qu'il n'avait pas confiance en Alexander Lisi, dont les moindres gestes étaient surveillés par les forces de l'ordre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer