Collège de Maisonneuve: Charkaoui redonnera ses cours

Adil Charkaoui... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Adil Charkaoui

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Saint-Arnaud
La Presse Canadienne

Adil Charkaoui pourra recommencer à donner des cours au Collège de Maisonneuve, à Montréal, mais ceux-ci se dérouleront sous surveillance.

La direction du collège a confirmé jeudi qu'elle permettait la reprise des cours de l'École des compagnons, mais en y ajoutant une  condition.

«Nous allons désigner des observateurs - qui sont arabophones pour comprendre l'enseignement qui est donné dans les cours de l'École des compagnons - pour s'assurer qu'il y a là le respect de notre code de vie, où on va préciser qu'on ne doit pas tenir des propos haineux, discriminatoires, inciter à la violence dans les murs du collège», a fait savoir la directrice des communications du collège, Brigitte Desjardins, en conférence de presse jeudi.

Le mois dernier, la direction du collège avait suspendu la permission accordée à M. Charkaoui pour livrer ces cours, invoquant notamment la présentation d'une vidéo qui faisait la promotion de valeurs différentes des siennes et qui révélait des propos inappropriés. Le collège s'était aussi élevé contre des documents publiés sur le site Web du Centre communautaire islamique de l'Est de Montréal dont Adil Charkaoui est le président.

Adil Charkaoui avait menacé de poursuivre le Collège de Maisonneuve pour cette suspension en dépit du contrat liant les deux parties.

Le collège a demandé à M. Charkaoui d'indiquer par écrit d'ici vendredi qu'il se conformerait à cette condition, demande qui n'avait pas encore donné lieu à une réponse jeudi avant-midi.

«Nous avons appris par la page Facebook de M. Charkaoui qu'il avait annoncé aux gens de son école que les activités reprendraient. Par ailleurs, on n'a pas encore reçu de confirmation écrite de son intention de se conformer à cette directive. Décevant», a laissé tomber Mme Desjardins.

Néanmoins, elle a rappelé qu'il s'agit d'une affaire civile et que l'École des compagnons est constituée en bonne et due forme et que le collège ne jouera pas un rôle qui n'est pas le sien.

«Le collège ne va pas se substituer bien entendu aux autorités policières. Le collège ne va pas non plus participer à quelque chasse aux sorcières que ce soit», a-t-elle tranché.

Mme Desjardins a par ailleurs indiqué que l'institution se penchait sur des mesures à prendre pour identifier et prévenir l'endoctrinement, ajoutant que le départ d'étudiants du collège pour aller se joindre au djihad en Syrie avait causé une onde de choc.

«Nous avons déjà des échos de nos étudiants qui reviennent nous parler. (...) La confiance revient, parce qu'ils ont été effrayés par ce mouvement», a raconté Mme Desjardins, précisant que les amis, parents et autres avaient été pris de court par cette décision qu'ils n'avaient pas vue venir.

«Nous sommes devant quelque chose que nous ne connaissons pas», a reconnu Mme Desjardins.

«Il faut trouver où et comment (...) subissent-ils un endoctrinement tellement fort qu'ils réussissent à quitter et aussi à duper leurs professeurs, leurs amis et leurs parents», a-t-elle ajouté.

Une formation a été donnée mercredi par cinq chercheurs aux intervenants de première ligne du collège. Des formations seront également données aux enseignants et à tout le reste du personnel. Les parents seront également invités à une conférence d'information en avril.

Rosemont: pas de décision

Le Collège de Rosemont avait également annoncé en février qu'il mettait fin à son contrat avec le Centre communautaire islamique de l'Est de Montréal.

Une porte-parole de l'institution a indiqué à La Presse Canadienne que le dossier était toujours à l'étude et qu'une éventuelle décision sur la suite des choses serait annoncée par voie de communiqué.

Adil Charkaoui avait là aussi laissé planer la menace d'une poursuite.

M. Charkaoui a toujours maintenu que son école ne faisait qu'enseigner l'arabe et le Coran.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer