Exclusif

SCRS: les primes au bilinguisme supprimées en douce

La prime au bilinguisme avait été accordée en... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

La prime au bilinguisme avait été accordée en 2007 après que des agents, principalement des Québécois francophones, eurent poursuivi le SCRS devant la Cour fédérale et monté une fronde interne rarement vue dans le milieu du renseignement.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pressés de réduire leurs dépenses par le gouvernement Harper, les services secrets canadiens craignaient d'avoir à geler les salaires ou à réduire les effectifs ces dernières années, mais ils ont finalement trouvé une autre façon d'économiser: sacrifier la prime au bilinguisme qui avait été gagnée après une décennie de lutte par les espions francophones, principalement issus du Québec.

C'est ce que révèle une note interne du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS), obtenue par La Presse en vertu de la Loi sur l'accès à l'information. L'organisme d'enquête fédéral est présentement au coeur de la stratégie antiterroriste du gouvernement, qui propose d'ailleurs d'élargir ses pouvoirs.

La missive, datée de juin 2012, est signée par le patron des ressources humaines du SCRS, Mark Cosenzo. Elle annonce la fin de la prime d'environ 800$ par année qui avait été accordée aux agents répondant aux critères de bilinguisme, comme ailleurs dans la fonction publique fédérale.

«La décision d'accorder cette prime était sans doute judicieuse en 2007, mais malheureusement, les circonstances ont changé. Comme vous le savez, les réductions budgétaires et la nécessité de réaliser des économies et des gains d'efficacité sont beaucoup plus importantes de nos jours», précise M. Cosenzo.

Déception anticipée

La prime avait été accordée en 2007 après que des agents, principalement des Québécois francophones, eurent poursuivi le SCRS devant la Cour fédérale et monté une fronde interne rarement vue dans le milieu du renseignement.

Dans sa lettre, le responsable des ressources humaines anticipe d'ailleurs une résurgence de la grogne au sein des troupes.

«Certains d'entre vous seront sans doute déçus, mais je tiens à vous assurer que cette décision n'a pas été prise à la légère. Elle découle directement du Plan d'action pour la réduction du déficit et des responsabilités financières imposées au Service dans le dernier budget fédéral», écrit-il dans une référence directe aux politiques des conservateurs.

«Comme les changements apportés aux indemnités de travail, l'annulation de la prime au bilinguisme permettra au Service de continuer à respecter les obligations définies dans son mandat sans avoir recours au gel des salaires ou aux mises à pied», poursuit la note. La Presse a cherché à savoir quels étaient les changements en question apportés aux indemnités de travail. Le SCRS n'a répondu à aucune question.

La lettre insiste par ailleurs sur le fait que «le Service n'a jamais été aussi bilingue». Elle évoque une «sensibilisation accrue grâce à des événements comme la Journée de la dualité linguistique et la Semaine de la diversité».

Deux mondes

«C'est vrai que ça a chialé à l'époque. Mais ce qu'on se disait aussi, c'est qu'il y a bien des employés anglophones qui avaient la prime et qui ne parlaient pourtant pas vraiment français!», se souvient Dave Charland, un agent récemment retraité du SCRS.

«Il y a deux mondes au SCRS: Montréal et le reste. À Montréal, tout le monde comprend le français. Mais ailleurs, il y a du monde à qui tu envoies un rapport en français et ils ne comprennent rien», raconte-t-il.

Au bureau du ministre de la Sécurité publique Steven Blaney, le porte-parole Jean-Christophe Delerue n'a pas voulu discuter des compressions imposées aux services de renseignement. «Le SCRS est fier d'avoir un effectif bilingue et diversifié et il est déterminé à favoriser le bilinguisme au travail de toutes sortes de façons», a-t-il toutefois indiqué.

Du côté du NPD, la députée Rosane Doré Lefebvre accuse le gouvernement d'avoir trop réduit le financement du SCRS. «C'est sûr qu'il y a eu des impacts considérables sur le terrain. Je trouve triste qu'ils n'encouragent pas le bilinguisme dans un pays où il y a deux langues officielles et dans un service où c'est important d'avoir les deux langues», dit-elle.

- Avec la collaboration de William Leclerc

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer