Se faire justice sur Facebook

Un groupe féministe radical proche du milieu anarchiste publie depuis quelques... (Photomontage La Presse)

Agrandir

Photomontage La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un groupe féministe radical proche du milieu anarchiste publie depuis quelques mois sur l'internet des dénonciations anonymes de femmes qui disent avoir été violées par des militants influents de mouvements alternatifs et des étudiants, et les noms de ceux-ci sont publiés.

La dernière dénonciation en date a été affichée la semaine dernière sur une page Facebook de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) et visait un ex-étudiant universitaire. «Nous avons récemment été informées que [tu] déménageras le premier novembre dans [notre quartier]. Rappelons que jusqu'à ce jour [tu] as été dénoncé comme agresseur par sept femmes. [...] Tu n'es pas le bienvenu dans nos quartiers», a publié le groupe Alerta Feminista. 

Ce message a vite enflammé les réseaux sociaux. Si certains ont appuyé cette dénonciation, d'autres s'y sont farouchement opposés et ont désapprouvé la violence d'un tel processus qui bafoue, selon eux, la présomption d'innocence. 

Selon nos informations, les présumées victimes - dont l'identité n'a pas été dévoilée - n'ont pas porté plainte aux autorités policières.

Des personnes qui ont ouvertement condamné ces accusations anonymes auraient aussi été victimes de harcèlement. «Tous ceux qui refusent de jouer leur jeu sont considérés comme des complices de viols. En plus, ces épisodes de lynchage publics sont parsemés de rumeurs non vérifiées», nous a expliqué une source qui connaît l'ex-étudiant ciblé par Alerta Feminista.

La Presse a fait une demande d'entrevue au groupe par Facebook. Quelques jours après avoir accepté de répondre à nos questions, précisant que tout devait se dérouler électroniquement, le compte d'Alerta Feminista est disparu, tout comme l'ensemble des publications des derniers mois où étaient nommés des hommes dénoncés comme agresseurs. Une nouvelle page publique est finalement réapparue, jeudi. Même si Alerta Feminista avait indiqué que nous obtiendrions des réponses à nos questions hier, nous n'avions rien reçu au moment de publier.

Sur l'ancien profil du collectif, dont on ne connaît pas l'identité des administrateurs, le groupe se décrivait comme des «féministes radicales voulant lutter contre la culture du viol et du silence, contre les systèmes patriarcaux et capitalistes, ainsi que tous les autres systèmes d'oppression».

L'ASSÉ, dont trois administrateurs sont responsables du site où a été publiée leur dernière dénonciation, avait indiqué à La Presse qu'elle n'avait pas l'intention de supprimer les messages d'Alerta Feminista, car «c'est aux survivantes [aux présumées victimes de viol] de faire ce qu'elles veulent et de partager ces informations».

«Extrêmement inquiétant»

En avril dernier, Alerta Feminista a publié un long document intitulé Tentative d'une justice transformatrice où il expliquait en détail ce processus alternatif au système judiciaire qui ne collabore pas avec les policiers et les tribunaux. 

«C'est extrêmement inquiétant, car ça nous ramène à une situation de vigile où on demande aux citoyens de se faire justice eux-mêmes», a vivement dénoncé l'avocat Jean-Claude Hébert.

«Dans une société libre et démocratique, quand on a des reproches à faire à quelqu'un, surtout pour des accusations aussi graves qu'une agression sexuelle, il y a tout un processus qui existe déjà. On peut le dénoncer à la police, il y a une enquête, une validation des faits et un procès. Des cas d'accusations non fondées motivées par la vengeance, ça ne date pas d'hier», a-t-il expliqué en entrevue avec La Presse.

Dans son document, Alerta Feminista énumérait les principes qui régissent ce que Me Hébert compare à une certaine forme de tribunal populaire. «Ce processus vise à mettre fin à la culture du viol et du silence, ce qui implique une redevabilité de la part de l'agresseur et une responsabilisation du milieu.»

«Puisque le processus vise à redonner du pouvoir à la survivante suite à l'agression qu'elle a vécue, elle conserve le droit de signifier s'il prend une tangente qu'elle désapprouve. [...] Le premier principe est la reconnaissance qu'il y ait eu une agression, sans remise en question de l'agression ou des détails de celle-ci. Il n'y a pas deux versions des faits à comparer», poursuivait le document. La Presse n'a pas été en mesure de confirmer si un tel mécanisme a été mis en place jusqu'ici entre une des personnes dénoncées et une présumée victime.

Comme au «Moyen Âge»

Pour l'avocate Véronique Robert, qui s'affiche ouvertement comme une progressiste féministe près des milieux alternatifs, ces anarcho-féministes reproduisent un système autoritaire bien pire que celui qu'elles dénoncent.

«[Avec la justice transformatrice], on s'embarque dans un pseudo-système sans règles dans lequel on reproduit des patterns qui existaient au Moyen Âge, alors qu'on menait des chasses contre n'importe qui, sur n'importe quoi et de n'importe quelle manière», nous a-t-elle expliqué, vivement interpellée par le sujet.

«Il n'y a plus aucune présomption d'innocence. La personne peut uniquement entamer ce processus si elle admet les faits qui, parfois, ne peuvent pas être admis, car ils ne sont pas fondés. C'est dangereux, c'est ultra-dangereux. Dans notre société, les stigmates d'agresseur sexuel, avec ceux de terroriste, je pense que c'est ce qu'il y a de pire», a ajouté Me Robert.

Les progrès de la justice

Pour Me Hébert, la critique souvent formulée à l'égard du système judiciaire, qui ne serait pas tendre envers celles qui dénoncent leur agresseur, mériterait une mise à jour. «Il y a eu énormément de progrès qui ont été faits pour faciliter les témoignages des victimes. On n'est plus à l'époque où les avocats de la défense pouvaient entrer dans la vie privée de la victime pour miner sa crédibilité.»

Sa collègue Me Robert est d'accord avec lui sur ce point. «D'abord, tous les postes de police ont désormais des escouades travaillant sur les crimes sexuels. Ces policières, car ce sont souvent des femmes, sont hyper-respectueuses. Elles prennent les choses au sérieux. [...] Ensuite, en procès, les avocats n'ont plus le droit d'aller fouiller dans le passé sexuel de la personne. Ce n'est plus comme avant», a-t-elle expliqué, précisant qu'elle est connue pour être très critique envers le travail des policiers.

Les personnes dont les noms sont cités par Alerta Feminista et d'autres groupes ont aussi des recours «en matière civile pour atteinte à la réputation», a expliqué Me Hébert. Si l'identité des personnes derrière ce collectif n'est pas connue, une association comme l'ASSÉ - qui héberge ses publications sur son site - pourrait être poursuivie.

Les deux juristes ne se sont pas prononcés sur le cas de la dernière dénonciation faite par Alerta Feminista, ne connaissant pas le dossier. L'université que fréquentait l'ex-étudiant au moment des premières publications a aussi préféré ne pas commenter cette affaire, mais sa porte-parole a indiqué que l'établissement prend au sérieux toutes les plaintes déposées en matière de violence sexuelle.

«Nous agissons lorsque nous sommes saisis formellement d'une situation d'intimidation ou de harcèlement par voie de plaintes ou d'autres moyens qui cheminent par des canaux, des unités et des instances officielles [...] En ce sens, l'information relative à [la présente] histoire est fragmentaire et au stade de la rumeur alimentée par les médias sociaux. Pour ces raisons, nous ne sommes pas en mesure de la commenter spécifiquement», nous a-t-on répondu.

Questions sans réponses

Depuis près d'une semaine, La Presse tente de parler avec les membres d'Alerta Feminista et avec la dernière personne ciblée par leurs accusations d'agressions sexuelles sur les réseaux sociaux, en vain. Après un premier contact réussi avec les membres du collectif féministe le vendredi 31 octobre dernier, ces dernières ont finalement dû désactiver leur compte, mardi, afin de créer une page publique de personnalité politique, ont-elles expliqué jeudi. «Par le fait même, nous avons perdu toutes les dénonciations publiées sur notre wall, sauf les photos! Nous sommes désolées, mais toujours actives! N'hésitez pas à nous réécrire si vous voulez republier une dénonciation», ont-elles écrit.

Mercredi 5 novembre, 23h33. Alors que notre journaliste s'apprêtait à fermer son ordinateur pour la nuit, il a reçu un message privé sur son compte Facebook. «Ark gros cave esti de morron. T'es juste un esti. Au moins si tu écrivais des bons articles... T'es le premier dirt qui a agressé des filles qui voulaient rien savoir de toi.» Le message ne portait pas la signature d'Alerta Feminista et a été envoyé par une étudiante universitaire qui utilisait un faux nom.

La Presse a tenté de communiquer avec l'auteure par le truchement d'un message sur Facebook. Mais nos questions sont demeurées sans réponse.

- La Presse

Une ligne d'écoute de plus en plus sollicitée

La ligne téléphonique de référence pour les victimes d'agression sexuelle en détresse, mise sur pied

en 2010, a reçu plus d'appels qu'à l'habitude au cours des dernières semaines, alors que l'actualité a été particulièrement marquée par des histoires d'agressions sexuelles.

Depuis cinq ans, la ligne 1 888 933-9007 offre un service d'écoute et d'orientation anonyme

aux personnes agressées.

- Gabrielle Duchaine

32 193
Nombre d'appels reçus au 31 juillet dernier depuis la mise en place de la ligne d'urgence, qui se veut «un espace de sécurité pour parler sans être obligé de dénoncer», explique Deborah Ann Trent, directrice du Centre pour les victimes d'agression sexuelle de Montréal.
600
Nombre d'appels moyen par mois. Les appels sont en constante augmentation depuis la création de la ligne.
65
Nombre d'appels reçus en plus durant la première semaine du mois de novembre par rapport à la première semaine d'octobre. Dix personnes ont cité nommément l'affaire Ghomeshi comme raison de leur demande d'aide.
84
%
Pourcentage de femmes qui appellent la ligne d'aide
41-64
ans
C'est le groupe d'âge le plus représenté chez les demandeurs d'aide. Mais depuis un an, de plus en plus de jeunes se manifestent.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer