• Accueil > 
  • Actualités 
  • > La CCQ refuse de siéger avec un proche de Bernard Gauthier 

La CCQ refuse de siéger avec un proche de Bernard Gauthier

Bernard Gauthier... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Bernard Gauthier

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Commission de la construction du Québec (CCQ) a refusé de siéger à un comité sur l'emploi sur la Côte-Nord en raison de la présence d'un proche du syndicaliste Bernard Rambo Gauthier, révèle une lettre obtenue par La Presse en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.

Le printemps dernier, une table régionale avait été mise sur pied afin d'étudier la situation de l'emploi sur la Côte-Nord. La CCQ avait d'abord accepté en novembre 2013 de prendre part à ce groupe, mais «depuis, les circonstances m'ont forcée à suspendre [notre] participation», a écrit la PDG de la Commission, Diane Lemieux, dans une lettre datée du 7 avril 2014.

Dans la missive dont le nom du destinataire a été caviardé, elle dit s'être ravisée après avoir appris que le vice-président de la FTQ-Construction, Bernard Girard, siégerait à ce comité. Elle indique que celui-ci a «participé directement aux manoeuvres de Bernard Gauthier», selon un jugement de la Cour supérieure de mars 2014. Cette proximité avec celui que plusieurs surnomment Rambo a vivement déplu à Diane Lemieux.

«Je ne peux pas envisager qu'un représentant de la CCQ siège en compagnie de M. Girard pour parler d'embauche régionale et de mobilité de la main-d'oeuvre. L'enjeu d'équité que soulève la juste part d'emploi qui devrait être réservée aux travailleurs locaux, si légitime qu'il soit, ne saurait supplanter celui du recours à l'intimidation et à la menace», a écrit Mme Lemieux.

Indignation

La FTQ-Construction s'est indignée du désistement de la CCQ à la table régionale. Le directeur général du syndicat, Yves Ouellet, dit qu'il avait été surpris au printemps de constater l'absence de la CCQ à ce comité, mais qu'aucune raison ne leur avait été fournie. Il se dit maintenant renversé d'apprendre que c'est la présence de Bernard Girard qui a motivé cette absence. «Ça me jette à terre. À ce que je sache, il n'est accusé de rien, il n'est coupable de rien. Ce n'est pas la CCQ qui va décider qui on délègue», a tonné Yves Ouellet.

Le directeur général de la FTQ-Construction estime que la CCQ a manqué à son devoir en ne siégeant pas à cette table. «C'est dommage parce que ce sont les travailleurs qui payent à 60% la CCQ, et ils avaient droit à ce qu'elle soit là. Nous, on ne commencera pas à ne pas aller aux tables parce qu'on n'aime pas ceux qui y siègent», a ajouté M. Ouellet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer