• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Campagne de financement pour aider 12 marins turcs abandonnés 

Campagne de financement pour aider 12 marins turcs abandonnés

L'équipage refusait jusqu'à maintenant de quitter le navire,... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

L'équipage refusait jusqu'à maintenant de quitter le navire, craignant de perdre tout pouvoir de négociation avec l'armateur ontarien Menpas Shipping, qui leur doit plus de deux mois de salaire.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Lueur d'espoir pour les 12 marins turcs abandonnés sans salaire sur le navire Phoenix Sun. La municipalité de Sorel-Tracy lance une campagne de financement pour les aider à acheter des billets d'avion vers la Turquie.

Le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, affirme qu'il a déjà récolté plus de 6000 $ sur les 35 000 $ visés. « La somme prévoit un peu d'argent de poche pour que les marins puissent fonctionner une fois rendus en Turquie », précise-t-il.

L'équipage refusait jusqu'à maintenant de quitter le navire, craignant de perdre tout pouvoir de négociation avec l'armateur ontarien Menpas Shipping, qui leur doit plus de deux mois de salaire.

Mais le temps presse. La Ville doit atteindre son objectif avant le 29 septembre, date à laquelle les visas de travail des marins seront échus. Les 12 hommes risquent après cette date d'être rapatriés par l'ambassade turque. « On ne souhaite vraiment pas cela. La Turquie étant ce qu'elle est, nous craignons que le gouvernement turc exige des marins qu'ils remboursent les coûts de leur rapatriement. Ça les ruinerait pour de bon », craint le maire Péloquin.

Un an ou deux avant d'être payés

Une fois dans leur pays, les 12 marins devront cependant patienter un an ou deux avant de toucher leur salaire. Ils ont été dépêchés à bord il y a quatre mois pour réparer plusieurs avaries mécaniques qui paralysaient le paquebot dans le port de Sorel-Tracy. Selon le Syndicat international des marins canadiens, l'armateur est maintenant sans le sou et fait face à la faillite. Le syndicat des marins s'est joint à la démarche intentée en Cour fédérale par les créanciers pour que les salaires des marins soient considérés comme des créances prioritaires.

« Tout porte à croire que le navire sera envoyé en Inde, pour la scrap, dans un atelier de casseurs de navires. Juste en métal, il vaut dans les six chiffres », estime Patrice Caron, vice-président du syndicat des marins.

La municipalité de Sorel-Tracy a créé hier sur sa page web une passerelle pour permettre les dons par carte de crédit. « Un reçu pour dons de charité sera expédié par la poste pour les dons de 20 $ et plus », peut-on y lire.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer