Des mythes à déboulonner et des questions qui trouvent réponse dans l'univers du voyage et de l'aviation.

STÉPHANIE MORIN LA PRESSE

Comme les agents de bord, les pilotes doivent respecter un code vestimentaire strict. C'est du moins le cas chez Air Transat, comme l'explique le directeur de l'exploitation aérienne, Marc Gilbert.

«Nous avons une politique interne d'uniforme que nous avons implantée il y a deux ans pour nous assurer de certaines normes, en particulier auprès de la jeune génération.» Ainsi, la couleur des chaussettes et des chaussures est réglementée - chaussettes noires ou marine seulement, chaussures et lacets noirs -, les tatouages et les perçages ne doivent pas être apparents, les bijoux doivent être discrets et simples.

«La bague doit être simple, le bracelet de la montre doit respecter les quatre couleurs permises, le collier doit être porté sous la chemise...»

Les cheveux? Ils ne doivent pas dépasser le col inférieur de la chemise et doivent être de couleur naturelle... «On n'accepte pas les cheveux mauves ou roses, par exemple. Si le pilote a les cheveux longs, ces derniers doivent être attachés.»

Est-ce que les barbes et les moustaches sont permises? «Oui, mais elles ne doivent pas nuire au port du masque à oxygène, en cas de dépressurisation de la cabine. C'est pourquoi elles doivent être soigneusement taillées. Une barbe longue serait dangereuse pour la sécurité du pilote.» Et, par ricochet, pour celle des passagers.