Le plus gros navire de croisière jamais construit, le paquebot Harmony of the seas, long de 362 mètres et large de 66 m, sera livré jeudi par le chantier naval français STX à l'armateur américain Royal Caribbean Cruises Ltd (RCCL).

Publié le 10 mai 2016
AGENCE FRANCE-PRESSE

Le croisiériste américain doit prendre possession du géant des mers en fin de matinée, lors d'une cérémonie. Le paquebot devrait ensuite quitter son berceau, à Saint-Nazaire, dimanche à la mi-journée, si les conditions météorologiques le permettent.

Ville flottante pouvant embarquer jusqu'à 6 360 passagers et 2 100 membres d'équipages, Harmony of the seas, affiche des dimensions spectaculaires: 120 000 tonnes, 16 ponts, et une longueur supérieure à la Tour Eiffel (312 m).

À bord, Harmony of the seas offre plus de 66 000 m2 d'espaces de restauration et de divertissement.

Parmi les attractions phares, «The Ultimate Abyss», le plus haut toboggan en mer, permettra aux amateurs de sensations fortes de virevolter à l'arrière du navire, du pont 16 jusqu'au pont 6. Pour les amateurs de cocktails, au «Bionic Bar», deux bras robotisés joueront les serveurs.

La liste des équipements donne le vertige: une tyrolienne, un terrain de basket, un mini-golf, des simulateurs de surf, des jacuzzis flottants, un casino, un grand théâtre de 1400 places, une rue intérieure bordée de restaurants et boutiques, un jardin extérieur composé de 12 000 espèces végétales, etc.

Ce dernier né de la compagnie Royal Caribbean complétera la flotte de 24 autres navires du croisiériste, basé à Miami en Floride.

Après une première croisière inaugurale le 22 mai au départ de Southampton (sud de l'Angleterre), Harmony of the seas partira une semaine plus tard pour Barcelone, son port d'attache, pour entamer ses croisières d'une semaine en  Méditerranée, où il sera exploité jusqu'à fin octobre.

La construction de ce mastodonte a représenté 10 millions d'heures de travail pour les quelque 2500 salariés de STX et ses sous-traitants.

La commande, passée fin 2012 par RCCL et d'une valeur de près d'un milliard d'euros, avait constitué «un grand bol d'air» et un retour aux années fastes pour le chantier naval, qui traversait une période sombre.

Le frère jumeau du plus gros paquebot du monde, du même gabarit, dont la construction a débuté à Saint-Nazaire, rejoindra en mars 2018 la flotte de RCCL.