(Alger) L’Algérie a décidé de suspendre à partir de jeudi toutes ses liaisons avec l’ensemble des pays européens et plusieurs capitales d’Afrique et du Moyen-Orient, pour tenter d’endiguer la pandémie provoquée par le nouveau coronavirus, a-t-on déclaré lundi de source officielle.  

Agence France-Presse

Le premier ministre Abdelaziz Djerad a d’abord annoncé la suspension des liaisons aériennes et maritimes entre l’Algérie et les pays européens, selon un communiqué de ses services qui ne donne pas d’autres détails.

Il a ensuite fait part de la suspension des vols, également à compter de jeudi, avec six capitales africaines : Abidjan, Bamako, Dakar, Niamey, Nouakchott et Ouagadougou.

Enfin, dans la soirée, le premier ministre a fait état de la suspension des liaisons aériennes avec cinq pays du Moyen-Orient, dont la Tunisie voisine. Elles étaient déjà interrompues avec le Maroc depuis le week-end dernier.  

M. Djerad a ordonné « la suspension des dessertes aériennes de voyageurs à destination ou en provenance » de Tunis, du Caire, de Dubaï, de Doha et d’Amman, selon un communiqué de ses services.

« Cette suspension exceptionnelle […] sera accompagnée par un dispositif de rapatriement de nos citoyens voyageant actuellement dans les pays concernés », ont réaffirmé ces services.

Alger avait annoncé dès dimanche la suspension, à partir de mardi, de toutes les liaisons aériennes et maritimes avec la France, où est implantée une nombreuse communauté algérienne.

Elles sont également déjà interrompues avec l’Espagne et l’Italie, deux des pays les plus touchés par la pandémie.

Il a également été décidé de suspendre jusqu’au 31 mars toutes les audiences des tribunaux criminels et correctionnels-à l’exception de celles déjà en cours pour des personnes en détention qui se poursuivront à huis clos —, une mesure visant elle aussi à limiter la propagation du nouveau coronavirus, selon un communiqué du ministère de la Justice.

Les auditions de prévenus détenus pour des faits liés au « Hirak », le mouvement de contestation du régime qui ébranle le pouvoir algérien depuis plus d’un an, devraient donc se poursuivre à huis clos dans les prochains jours, selon un avocat contacté par l’AFP.

Quatre décès ont été enregistrés jusqu’à présent en Algérie en raison du nouveau coronavirus, selon le dernier bilan du ministère de la Santé.

A ce jour, 60 cas de la maladie COVID-19 ont été confirmés. Un 61e cas — le premier cas a été recensé fin février-concernait un ressortissant italien rentré depuis en Italie.