La ville d'Avignon est connue pour son festival de théâtre qui occupe toutes les scènes en juillet, avec son côté officiel et son côté «off». C'est aussi la Provence avec sa quête de plaisirs, une ville de grands monuments et de petits coins ombragés. Sans oublier la vie nocturne...

Mis à jour le 30 oct. 2009
David Homel

Jour 1

10 h : Le palais des Papes

Au XIVe siècle, la papauté a déménagé à Avignon, et y a laissé son palais, un monument incontournable. À partir de Benoît XII en 1334, «la plus forte maison du monde» s'édifie petit à petit. Le résultat : une forteresse qui reflète des changements de style et d'architecture. Le palais est devenu un vaste espace d'exposition. Le peintre colombien Botero y a déjà exposé, et au mois de mai, les roses prennent d'assaut la forteresse. Le Petit Palais, situé juste à côté, a une belle collection d'oeuvres de la Renaissance italienne.



12 h : Pause déjeuner



À midi, la ville ferme, car la pause déjeuner est sacrée. Alors, faites comme les gens d'Avignon et mettez-vous à table. La rue des Teinturiers offre une gamme de restaurants dont le menu est inspiré de la cuisine de l'Afrique du Nord. J'ai pris une table aux Caves Breysse pour le choix des rosés. Cette rue faite de gros pavés a pris son nom du métier qui s'y pratiquait jadis. Les eaux du petit ruisseau qui coule en bas étaient bleues de teinture... Arrêtez devant la Maison du 4 de Chiffre, bâtie en 1439, et le cloître des Pénitents gris. Le dessin sur la façade ne vous donnera aucun désir de repentir, mais vous fera sourire.

14 h : Sur le pont d'Avignon



Avez-vous mangé un peu trop? Une petite danse peut-être pour vous dégourdir les jambes? Pour l'exercice il y a le pont d'Avignon, appelé officiellement le pont Saint-Bénezet. Érigé entre 1177 et 1185, détruit par les crues du Rhône, les Avignonnais ont enfin compris au XVIIe siècle et ont laissé le pont en ruine. Aujourd'hui, une installation sonore permet d'y écouter la célèbre chanson. Si le Rhône et ses transports fluviaux vous tentent, plusieurs entreprises offrent des balades sur le fleuve.



15 h 30 : Un peu d'ombre


Après une heure au soleil sur le pont, on cherche l'ombre... Les jardins du Rocher des Doms sont une oasis avec une fontaine, un petit étang, des pelouses à l'abri des rayons (faites-vous une place parmi les couples enlacés) et des canards très bruyants. Ceux qui voyagent avec de jeunes enfants y trouveront du calme avant de retourner sur le béton.



16 h 30 : L'heure du shopping


La ville se réveille, les boutiques s'activent. C'est l'heure du «shopping», comme disent les Français. Dans la cour de La Manutention, plusieurs artisans ouvrent leurs ateliers au public. Le travail et la discussion font bon ménage. À deux pas, rue Armaud de Pontmartin, l'Atelier Ferraggioli attire l'oeil avec ses bijoux originaux.



18 h : Des bars branchés


Le soir tombe, l'air est plus frais, c'est l'heure de l'apéro. Les plus branchés se rendent au Délirium, rue de la République, un des grands axes de la ville. Mais attention, le Délirium est parfois ouvert, parfois fermé. Le Bistrot de l'Utopia est beaucoup plus sûr. Toujours dans le coin de la Manutention, le bistrot et son cinéma vous rappelleront un peu l'Ex-Centris de Montréal, mais en plus... excentrique. Ses salles ont gardé des traces de leur ancienne vocation : l'une a un puits au beau milieu, l'autre met en scène des portraits de religieuses trépassées. La Gazette du Cinéma Utopia vous guidera vers les activités. Le bistrot est ouvert jusqu'à 1 h du matin.

Jour 2

9 h 30 : Matinée de flânerie



Parfois en voyage nous voulons tellement tout voir que nous oublions l'essentiel : la flânerie. Avec ses zones piétonnières, Avignon s'y prête bien. La ville compte bon nombre de boutiques spécialisées en bandes dessinées. Ou faites du tourisme sacré : la collégiale Saint-Didier ou la synagogue sur la place Jérusalem. Mais si vous préférez visiter un musée, la Fondation Vouland propose une exposition de tableaux sur la sieste pendant tout l'été. Le galeriste et collectionneur Yvon Lambert a décidé en 2000 de mettre sa collection à la portée de tous en créant un musée d'art contemporain. M. Lambert a trouvé le meilleur de la production actuelle. Logé dans un ancien hôtel particulier, ce musée propose continuellement de nouvelles installations. Les enfants du quartier y passent après l'école pour prendre leur goûter dans la très jolie cour. On ne verrait pas ça au Louvre!



12 h 30 : Pique-nique


Les halles couvertes qui abritent le marché de la ville avaient un problème : une façade moderne et laide. Solution : y faire pousser des vignes pour créer un jardin vertical. Et ça marche! A l'intérieur, au lieu du resto, on peut choisir un plat préparé, et les traiteurs fournissent couverts et verres. Si vous y passez le samedi, à 11 h il y a «La petite cuisine des halles», des démonstrations culinaires présentées par les grands chefs avignonnais. Au jardin Sainte-Claire, lit-on sur une plaque, le 6 avril de 1327, «Pétrarque conçut pour Laure un sublime amour qui les fit immortels». Tout en réfléchissant sur l'amour éternel, vous pouvez manger le repas acheté aux halles. De futures Laures du lycée avoisinant agrémentent le parc.

14 h : Excursion en campagne

Villeneuve lez Avignon, de l'autre côté du Rhône, offre un concentré de musées, d'abbayes et de forteresses de l'époque des papes. L'ambiance est détendue, car vous n'êtes plus en ville, mais dans une sorte de banlieue du XIVe siècle qui sent un peu la campagne. On peut s'y rendre en autobus ou par le fleuve. L'endroit vaut le détour pour ses perspectives sur la ville et ses sentiers au bord du fleuve.

20 h : Une soirée de jazz

À la nuit tombante, allez voir ce qui se passe à l'Association pour le jazz et la musique improvisée (l'AJMI) située rue des Escaliers Sainte-Anne. Ce pôle culturel offre aussi des programmes de danse en apesanteur (c'est eux qui le disent!) et du théâtre de l'Europe francophone. En sortant de ce lieu tard le soir, à l'ombre du palais des Papes, vous aurez l'expérience des deux mondes d'Avignon.