(Madrid) La pandémie de COVID-19 a provoqué des pertes de 320 milliards de dollars pour le tourisme mondial de janvier à mai sur un an, selon le baromètre publié mardi par l’Organisation mondiale du tourisme (OMT).

Agence France-Presse

« C’est plus du triple des pertes enregistrées [...] par le tourisme international pendant la crise économique mondiale de 2009 », a estimé cette organisation dépendant des Nations unies dont le siège est à Madrid.

De janvier à mai, le nombre des touristes internationaux a chuté de 56 % par rapport à la même période en 2019, ce qui représente 300 millions de visiteurs en moins.

Malgré le lent redémarrage du tourisme, notamment dans l’hémisphère Nord, « l’indice de confiance établi par l’OMT affiche des plus bas historiques », peut-on lire dans le communiqué.

Parmi les principaux risques encourus par le secteur, l’OMT cite « la recrudescence du virus et le risque de nouveaux confinements » ainsi que la situation de la Chine et des États-Unis, « au point mort », alors que ces pays sont habituellement grands pourvoyeurs de touristes.

Début mai, l’OMT prévoyait une chute de 60 à 80 % du nombre des touristes internationaux pour l’année 2020, avec des pertes pouvant atteindre au total 910 à 1200 milliards de dollars.

L’agence craint « la mise en danger de 100 à 120 millions d’emplois directs dans le tourisme ».