Quelques endroits où célébrer l’Halloween aux quatre coins du globe.

Audrey Ruel-Manseau Audrey Ruel-Manseau
La Presse

Violaine Ballivy Violaine Ballivy
La Presse

Cimetière de Highgate

Londres, Angleterre

Qui n’a jamais ressenti de frissons à la simple idée de passer une nuit dans un cimetière ? Imaginez-en un de style victorien, où la vigne s’est frayé un chemin parmi les arbres et les tombes saccagées, et habité par… un vampire ! Au plus célèbre cimetière de Londres ne reposent pas seulement Karl Marx, George Michael ou encore George Eliot. Un prince transylvanien qui y aurait été inhumé en 1800 a donné lieu à une véritable chasse au vampire entre deux mages, dont l’apogée a été dans la nuit du vendredi 13 mars 1970, sans succès. Encore aujourd’hui, ce lieu riche en histoire occulte est prisé des amateurs de paranormal.

Consultez le site du cimetière (en anglais) : https://highgatecemetery.org/

Mary King’s Close

PHOTO TIRÉE DU SITE WEB DE L’ÉTABLISSEMENT

Mary King’s Close, à proximité du château d’Édimbourg

Édimbourg, Écosse

Un réseau de ruelles souterraines hantées par des victimes de la peste du XVIIe siècle. C’est ce qu’offre le site de Mary King’s Close, à proximité du château d’Édimbourg. Les amateurs d’histoires lugubres apprécieront certainement la visite frissonnante de ces lieux par-dessus lesquels la nouvelle ville a été bâtie en 1750. Le fantôme d’une fillette de 10 ans, morte de la peste, hante apparemment les souterrains, où, selon les visiteurs, les changements de température se font bien sentir à l’approche de sa chambre… Pendant que vous y êtes, laissez-vous enivrer par Édimbourg lui-même, son château et ses rues étroites, qui ont inspiré l’univers du sorcier Harry Potter à l’auteure J.K. Rowling. La saga a été écrite au café Elephant House, toujours ouvert.

Consultez le site de Mary King’s Close : http://www.realmarykingsclose.com/plan-your-visit/fr/

Catacombes des capucins

PHOTO GETTY IMAGES

Les catacombes des Capucins, à Palerme, en Italie

Palerme, Italie

Les fervents d’horreur seront servis entre les murs des catacombes des Capucins, à Palerme, en Sicile. Sous les plafonds voûtés sont conservés 2000 cadavres à divers stades de décomposition. Non seulement est-il possible de visiter les macabres couloirs des catacombes, mais encore la proximité avec les momies — accrochées aux murs, couchées dans des cercueils ouverts, empilées les unes sur les autres — est désarmante, voire répugnante. La peau en lambeaux, les orbites vides, la bouche grande ouverte… les cadavres donnent froid dans le dos. De quoi vous assurer une nuit cauchemardesque. Déconseillé aux enfants, photos interdites.

Consultez le site des Catacombes (en anglais) : http://www.palermocatacombs.com/

La ville des sorcières

PHOTO GETTY IMAGES

Salem, au Massachusetts

Salem, États-Unis

Il n’y a pas de meilleur moment dans l’année qu’à l’Halloween pour visiter Salem, LA ville des sorcières. En 1692, 14 femmes et 6 hommes y ont été pendus en l’espace de trois mois, tous accusés de sorcellerie, pendant un épisode qualifié « d’hystérie collective » pendant lequel on croyait — juges inclus — ouvertement au diable et à ses pouvoirs maléfiques. Le drame d’antan fait le bonheur du village aujourd’hui, qui voit affluer chaque automne des milliers de visiteurs (30 % de tous les touristes de Salem y viennent en octobre). On y organise des visites guidées à la nuit tombée, à la fois instructives et effrayantes, du cimetière ou des endroits mythiques où le procès puis les exécutions ont eu lieu. Un incontournable en Amérique du Nord.

Consultez le site de la ville de Salem (en anglais) : https://www.salem.org/

La Fête des morts

PHOTO GETTY IMAGES

Un cimetière de l’État d’Oaxaca, au Mexique, pendant la Fête des morts

Oaxaca, Mexique

Au Mexique, ce n’est pas tant le 31 octobre que l’on célèbre, mais le 1er novembre, le Jour des morts, qui n’a rien de triste et se transforme plutôt en grande kermesse colorée. Le « Día de los muertos » est célébré dans tout le pays, mais Oaxaca est particulièrement réputée pour la beauté de ses décorations et de ses défilés de squelettes géants en papier mâché. On y verra des fleurs, ou plutôt des tonnes de bouquets de fleurs, dont certaines auraient des qualités inestimables pour guider les morts sur le bon chemin ; puis on goûtera un « pan de muertos », garni d’une figurine en sucre coloré. Les festivités durent souvent deux ou trois jours : une expérience à vivre une fois dans sa vie. 

Casa Loma

PHOTO TIRÉE DU SITE WEB DE L’ENTREPRISE

Casa Loma, à Toronto

Toronto, Ontario

Une maison hantée, c’est bien. Mais un château hanté, c’est beaucoup mieux ou, du moins, cela offre beaucoup plus d’espace pour se payer une belle frousse. La Casa Loma, à Toronto, se transforme chaque automne en immense terrain de jeu de l’épouvante, proposant aux visiteurs un circuit de quelque 2 km ponctué par les apparitions de 70 comédiens, des projections 3D et des décors de film d’horreur (les enfants de moins de 13 ans doivent être accompagnés d’un adulte).

Consultez le site de la Casa Loma (en anglais) : https://casaloma.ca/project/legends-of-horror/