Source ID:; App Source:

«Call of Duty: World at War» : pourquoi quitter une formule gagnante?

Le jeu «Call of Duty: World at War»... (Xboxer.tv)

Agrandir

Le jeu «Call of Duty: World at War»

Xboxer.tv

Certains gamers compulsifs diront qu'il s'agit encore un jeu de guerre sur la Seconde Guerre mondiale. Pourtant, quand c'est bien fait, pourquoi quitter une formule gagnante de tir à la première personne? Il reste certainement plein de recoins à explorer pour d'autres titres de la série Call of Duty. Dans toutes les versions de ce jeu, j'ai toujours trouvé des éléments intéressants, même s'il s'agit d'une suite. Cette fois encore, si le scénario semble connu d'avance, les aventures n'en sont pas moins palpitantes.

L'action générale se situe en 1942 alors que l'armée américaine combat autant sur le front du Pacifique, que les Soviétiques le font contre les Allemands en Europe. Les premières missions se déroulent contre les soldats de l'Empire du Soleil levant. Bien fait avec les cinématiques d'époque, le jeu a aussi ses surprises avec les soldats japonais fonçant baïonnette en premier. La première fois, je n'ai jamais vu venir l'ennemi ni su comment l'éliminer.

 

En mode normal, les ennemis sont difficiles à vaincre, au point où j'ai dû effectuer un recul stratégique en mode recrue pour mieux commencer les missions et savoir de quoi il en retourne. Retour au mode normal après deux petites missions, pour constater que les ennemis sont des durs à cuire qu'ils soient dans le camp japonais ou allemand, que le combattant soit américain ou soviétique. Ils sont très coriaces, les ennemis, dans le mode le plus difficile où j'ai peine à finir un tableau sans que mon soldat se fasse tuer 100 fois.

Dans l'armement, si les Américains ont des grenades fumigènes en plus des grenades régulières, les Soviétiques lancent des cocktails Molotov. Ça grille les ennemis et ça provoque des incendies. Dans certains tableaux, il faut trouver des armes spéciales comme le bazooka ou le lance-roquette, voire le lance-flamme pour se battre contre les tanks. Il faut faire un peu de repérage pour savoir où sont les recharges; sinon, en marchant à l'aveuglette sur le champ de bataille, le combat dure plus longtemps.

Comme dans les titres précédents, le joueur pourra récupérer les armes des ennemis. Autrement, il sera rapidement à court de munitions. On conduit des tanks et, avec l'armée soviétique, on peut se servir d'un lance-flamme comme les ennemis au sol et du canon contre les autres chars d'assaut. On remarquera qu'il est plus sanglant que les versions précédentes avec des démembrements et plus de sang à l'écran, et un lance-flamme assez meurtrier à déconseiller aux coeurs tendres.

Si l'on passe au travers du mode solo et que l'on veut prolonger l'aventure du soldat, il y a le mode multijoueurs et le mode coopératif entre amis ou sur les serveurs dédiés. Dans l'ensemble, le jeu est bien fait, mais on pourrait le trouver répétitif à cause d'une certaine ressemblance dans les divers tableaux avec les aventures précédentes sur la Seconde Guerre mondiale (tireur d'élite, embuscades, tir de couverture, combat contre les chars d'assaut).

Toutefois, les cinématiques sont bien faites, les décors sont étonnants, plus détaillés dans le jeu sur console, mais tout aussi jolis sur PC. Les contrôles sont faciles à utiliser et le plaisir du jeu est toujours là pour ceux qui aiment ce type d'aventure militaire. Si ce n'est pas l'aventure de l'année, il est quand même est au-dessus de la moyenne.

ÉVALUATION :

*** 1/2

Disque PC ou pour console.

Configuration minimale : PC avec processeur 3 GHz, Windows XP et 512 Mo de mémoire vive, Windows Vista et 1 Go de mémoire vive, carte graphique 256 Mo, lecteur DVD 4 X.

Éditeur : Activision.

Prix suggéré : 50 $ pour la version PC, 60 $ pour les versions sur console XBox 360, PS3 et Wii.

 




la boite: 4391933:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer