La Chine réclame un rôle accru dans la gestion de l'internet

Une conférence mondiale sur internet a été organisée... (Photo China Out/AP)

Agrandir

Une conférence mondiale sur internet a été organisée par la Chine, qui bloque l'accès dans le pays à plusieurs sites d'information occidentaux, Twitter, Facebook et YouTube.

Photo China Out/AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
HANGZHOU

Le premier ministre chinois Li Keqiang a demandé jeudi un plus grand rôle pour Pékin dans la gestion de l'internet mondial, appelant à davantage d'«ordre», sans mentionner la censure qu'exerce son gouvernement sur la toile.

«Nous croyons en un internet ouvert, transparent et, par-dessus tout, sûr», a dit Li en marge d'une conférence mondiale sur internet organisée par la Chine.

«Ceci nécessite un internet partagé et gouverné par tous - toutes les parties concernées sont égales», a-t-il ajouté en s'adressant à des représentants du fabricant de technologies mobiles américain Qualcomm et du réseau social professionnel LinkedIn.

Li a rencontré les dirigeants des principales sociétés internet chinoises ainsi que les représentants de groupes étrangers, dans la ville de Hangzhou (est).

Sa visite a été perçue comme une tentative d'accroître la visibilité de la Conférence universelle de l'internet, qui s'est tenue dans la ville de Wuzhen.

L'organisation de défense des droits de l'homme Amnesty International a affirmé que la conférence marquait la volonté de Pékin d'étendre au reste du monde son modèle de stricte supervision d'internet.

Le gouvernement communiste chinois bloque l'accès dans son pays à plusieurs sites d'information occidentaux ainsi que les réseaux sociaux Twitter, Facebook et YouTube.

Li a reconnu que l'e-commerce constitue un moteur de l'économie chinoise, mais a appelé à «de l'ordre» sur un internet qui autorise beaucoup de liberté.

«Sans ordre, l'internet ne serait pas un espace sûr et crédible», a-t-il dit.

Le fondateur du géant du commerce en ligne Alibaba, Jack Ma, a confié à Li sa volonté de construire une «version mondiale» de la plateforme d'e-commerce Taobao, qui génère actuellement 90 pour cent des transactions entre consommateurs en Chine.

«Nous aurons une version mondiale de Taobao, qui permet par exemple à des acheteurs aux Philippines de contacter des vendeurs en Argentine», a-t-il expliqué, sans donner de détail concret sur ce projet.

Jusqu'à présent, les opérations extérieures de Taobao n'ont concerné que la diaspora chinoise, ont précisé des représentants de la firme.

Ma symbolise le succès de l'internet chinois: Alibaba a réalisé la plus grande entrée en bourse à New York.

Mais Paul Jacobs, le directeur exécutif de Qualcomm, qui ferait actuellement face à une enquête en Chine pour des pratiques monopolistiques, a mentionné des difficultés dans ses affaires avec la Chine.

«Nous passons actuellement par des discussions difficiles», a-t-il dit, sans donner de détail.

Ce à quoi Li a répondu: «je pense que les opportunités en Chine surpasseront les obstacles» que pourront rencontrer les entreprises internationales.




la boite: 4391933:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Techno

Tous les plus populaires de la section Techno
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer