Source ID:487076; App Source:cedromItem

Facebook a 10 ans: 15 facettes d'un succès mondial

Facebook célébrera aujourd'hui son anniversaire avec 1,23 milliard... (PHOTO DADO RUVIC, REUTERS)

Agrandir

PHOTO DADO RUVIC, REUTERS

Facebook célébrera aujourd'hui son anniversaire avec 1,23 milliard d'utilisateurs actifs mensuellement, ce qui en fait de loin le réseau social le plus populaire. En 10 ans, la création de Mark Zuckerberg a aussi transformé nos vies et attiré une foule de concurrents.

5 NOUVELLES STATISTIQUES SUR FACEBOOK

Un nouveau sondage rendu public hier par le Pew Research Center dresse le profil de l'utilisation de Facebook en 2014.

Pas de décrochage

Malgré la multiplication des sombres prophéties, la base de clients et l'utilisation qu'ils font de Facebook continuent de progresser, y compris chez les adolescents. Environ 57% des adultes et 73% des 12-17 ans utilisent Facebook. Chez les adultes, le taux d'utilisation quotidienne est passé de 51% en 2010 à 64%.

Le problème, c'est les autres

Les amis qui partagent trop d'informations à leur sujet (36%) ou sur vous (36%) sont les deux principaux inconvénients de Facebook. Aussi cités: les amis qui voient des informations auxquelles vous ne croyiez pas qu'ils auraient accès (27%), la pression de trop en dire sur soi (24%) et la pression de publier du contenu qui sera populaire (12%).

On n'en sort pas

Plus de la moitié (52%) des gens qui ne sont pas sur Facebook habitent avec quelqu'un qui l'est, de telle sorte qu'ils ont de bonnes chances d'être un jour ou l'autre mis en vedette dans ce réseau social malgré leur volonté.

L'âge et les amis

Sans surprise, les jeunes utilisateurs développent des réseaux d'«amis» beaucoup plus étendus. L'utilisateur adulte a en moyenne 338 amis Facebook. Le quart (27%) des 18-29 ans ont plus de 500 amis. Les trois quarts (72%) des 65 ans et plus ont moins de 100 amis.

Témoins plus qu'acteurs

Environ 69% des utilisateurs appuient au moins une fois par semaine sur le bouton «J'aime» à côté d'un élément partagé par un ami. En contrepartie, à peine 31% publient eux-mêmes au moins un élément chaque semaine.

5 CONCURRENTS DE FACEBOOK

Twitter

Comme Facebook, Twitter a généré un tel impact qu'il a modifié les dictionnaires occidentaux. Il a aussi inspiré plusieurs modifications à Facebook, dont l'inclusion de mots-clics. Même par la plus généreuse des estimations, sa base d'utilisateurs ne représente qu'environ 50% de celle de Facebook.

Snapchat

Uniquement disponible sur les appareils mobiles, l'application Snapchat permet à ses utilisateurs de s'échanger des photos qui, comme dans Mission impossible, s'autodétruisent après quelques secondes. La rumeur d'un refus par Snapchat d'une offre d'achat de 3 milliards US en provenance de Facebook a confirmé la rivalité.

Pinterest

Le réseau de partage de photos a récemment été évalué à 3,8 milliards US lors d'une ronde de financement privé. Il est très loin derrière Facebook avec environ 70 millions d'utilisateurs, selon les données les plus récentes, mais offre une caractéristique distincte. Près de 80% de ses utilisateurs seraient des femmes.

Tumblr

Acquis par Yahoo! l'été dernier, ce site de microblogage permet à ses utilisateurs de partager leurs impressions rapidement, par texte ou autres formes médiatiques, un peu comme le fil d'actualité de Facebook.

Google+

Malgré tous ses efforts, Google n'aura jamais réussi à faire de son réseau social Google+, fortement inspiré de Facebook, un rival crédible à ce dernier. Ceci dit, Google n'abandonne pas, et la multiplication des liens entre Google+ et les autres outils du groupe pourrait bien, un jour, forcer les internautes à s'y intéresser.

5 CHOSES QUI ONT CHANGÉ AVEC FACEBOOK

L'anonymat

À défaut de mieux, le compte Facebook est de plus en plus utilisé comme «passeport de l'internet», puisque la majorité de ses utilisateurs y utilise leur vraie identité au moment de créer leur profil. L'attrait de l'anonymat est toutefois puissant, et Facebook songerait elle-même à céder à la pression populaire et à en faciliter le recours.

«Like»

Comme les sacres, le mot anglais «like», tiré de la pratique mise de l'avant par Facebook, s'est incorporé au langage québécois en différentes déclinaisons: nom («J'ai eu huit likes»), verbe («J'ai liké ta photo») ou exclamation («Like!»). Il a aussi inspiré une nouvelle façon de penser: «Que pourrais-je publier pour obtenir des likes?»

Mentalité de star

Il fut un temps où les préoccupations par rapport à son image photogénique étaient essentiellement réservées aux vedettes internationales assaillies par les paparazzi. Plus maintenant. Le filtrage des photos de soi publiées sur Facebook, par soi-même ou des tiers, a maintenant atteint un niveau scientifique pour certains.

Nouvelle catégorie d'amis

Il y a 10 ans, un ami était un ami et une connaissance, une connaissance. Facebook a introduit une nouvelle catégorie, l'«ami Facebook», à cheval entre ces deux catégories. L'ami Facebook est derrière la connaissance au chapitre de la familiarité «dans la vraie vie» et, pourtant, on en sait autant sinon plus sur sa vie que sur celle d'un véritable ami.

Le fantasme de la vie parfaite

Sauf exception, on projette évidemment sur Facebook une image de sa vie beaucoup plus optimiste que la réalité. Les «voisins gonflables», dont la maison, la voiture ou l'aménagement paysager doivent toujours rendre jaloux le voisinage, ont maintenant des centaines de nouveaux «concurrents» à impressionner, avec ce que cela implique de pression sociale.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Techno

Tous les plus populaires de la section Techno
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer