Le groupe de pirates informatiques Anonymous a mis la main tard mercredi sur des données personnelles de plus de 130 personnes ayant acheté des billets pour le Grand Prix de Montréal.

Maryse Tessier LA PRESSE

Les données auraient été obtenues par le piratage d'un site d'un revendeur de billets, situé en Europe, lors d'une attaque informatique durant le GP de Bahrein. Lors de ce grand prix, le site formulaone.com a été mis hors service. Anonymous avait revendiqué cette attaque via le site F1-racers.net.

Cette nouvelle frasque du groupe survient deux jours après la diffusion d'une vidéo qui demandait à la population québécoise de ne pas prendre part au Grand Prix de Montréal, en n'achetant pas de billets ni de produits dérivés et en manifestant dans les rues de la métropole le jour de la course.

Dans un document circulant sur le web, Anonymous explique son geste. «Anonymous soutient les événements sportifs à travers le monde mais ils doivent être garant de l'esprit sportif, et donc être garant de l'égalité et de la liberté des hommes. Il est impensable que le Bahrein ou le Québec ait le droit d'organiser un tel événement.»

La déclaration se termine par un avis de publication ultérieure de données davantage compromettantes.

Le Grand Prix de Montréal se déroulera du 8 au 10 juin prochains.

>>>Suivez-moi sur Twitter : @maryse_tessier

Images de Sagard

Anonymous a rendu public, le 30 mai, les images du 80e anniversaire de l'épouse de Paul Desmarais Sr, Jacqueline.

Cette soirée, qui s'est déroulée dans le domaine Sagard, propriété de la famille Desmarais, a réuni de nombreuses personnalités publiques, notamment Jean Charest, l'ex-premier ministre du Canada Brian Mulroney, le chanteur Robert Charlebois et l'ex-président des Etats-Unis, George Bush père.

Loi 78

Depuis le dépôt de la loi 78, des vidéos mettant en vedette une personne masquée à la Guy Fawkes se sont multipliées sur YouTube. Sur la chaîne Anonymous Francophone, on compte trois vidéos faisant référence au conflit étudiant et à la répression lors des manifestations. De plus, une action baptisée «Opération Québec» a visé, le 21 mai, les sites du ministère de la Sécurité publique et du Commissaire à la déontologie policière.