Source ID:; App Source:

Sécurité internet: des ministères vulnérables

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nicolas Ritoux
La Presse

Le ministre Philippe Couillard vous envoie un courriel. À moi? Ciel! Pas de panique, c'est en fait un pirate informatique qui vous écrit, profitant des failles du site web du ministère de la Santé. Une exception? Pas du tout. Ces experts de la souris ont déjà réussi à parasiter les sites web de la Marine canadienne et du ministère fédéral de la Justice. Entre autres. Mais de nouveaux piratages pourraient aisément survenir, a découvert La Presse.

De nombreuses pages web gouvernementales présentent de sérieux risques de piratage informatique, selon des experts qui ont alerté La Presse.

Deux experts ont testé pour nous la sécurité de différents sites web des gouvernements du Canada et du Québec durant le mois de septembre. Parmi eux, 12 pages du fédéral et 13 du provincial présentaient des faiblesses de sécurité qui permettraient facilement à des pirates informatiques d'en prendre le contrôle, et même de s'emparer d'informations confidentielles.

Une page de Strategis, répertoire d'entreprises d'Industrie Canada, affichait par exemple un mot de passe interne au grand jour. Quant au site du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, on a pu y télécharger un document interne sur l'utilisation de l'internet sans-fil dans le réseau de la santé, tiré directement de son intranet.

Ces pages web «à risque» ont été découvertes à la suite de simples requêtes dans Google, ce qui indique qu'elles existent déjà depuis plusieurs semaines - le temps d'être indexées par le moteur de recherche.

Elles présentent toutes des faiblesses connues des professionnels de la sécurité informatique, qu'il serait facile de réparer, selon Marek Roy de Sekcore, entreprise de Québec qui pratique des tests d'intrusion dans les systèmes de ses clients pour évaluer leur niveau de sécurité.

Des dangers réels

De fait, les pirates ont déjà profité de situations semblables. Selon M. Roy, au moins sept sites gouvernementaux se sont déjà fait pirater au Canada cette année en exploitant exactement ce type de vulnérabilité (voir liste ci contre).

Chaque attaque incluait au moins un «defacement», c'est-à-dire un message laissé par un pirate, par pure bravade, pour indiquer qu'il a pris le contrôle du système. La Presse a pu vérifier en direct le dernier d'entre eux sur le site du Centre de recherche de la défense à Valcartier, mardi 25 septembre.

Ces attaques peuvent se limiter à un simple defacement, mais peuvent aller plus loin si les pirates désirent profiter de la porte ouverte. «Beaucoup de ministères ont des réseaux internes (intranets) liés à leur réseau internet, sans séparation imperméable, explique M. Roy. Il est certainement possible d'utiliser certaines des vulnérabilités qu'on a trouvées pour pénétrer dans leur intranet et s'emparer d'informations confidentielles.»

M. Roy a aussi démontré qu'il est possible de se servir d'une faiblesse de conception du site du ministère de la Santé et des Services sociaux pour envoyer un courriel depuis l'adresse ministre@msss.gouv.qc.ca. L'en-tête détaillé du courriel indiquait correctement la provenance du serveur de courriel du ministère, pouvant laisser croire à n'importe qui qu'il s'agit bien d'un message envoyé par le bureau du ministre de la Santé, Philippe Couillard. Un exemple inquiétant de ce que des esprits malveillants pourraient faire avec quelques connaissances en informatique.

Nul n'est à l'abri

Même le site de la GRC présentait une vulnérabilité dans les pages web de son journal interne, la Gazette, qui aurait pu permettre à des criminels de s'y introduire. La GRC a d'ailleurs immédiatement réagi à notre appel en corrigeant la situation, de même qu'Industrie Canada et les Forces armées canadiennes (deux pages repérées dans chaque site).

«Nous promettons de modifier nos pratiques pour tenir compte de cette découverte», a déclaré Caroline Grondin, porte-parole d'Industrie Canada, en ajoutant qu'une équipe du ministère est dédiée aux mises à jour de sécurité sur le serveur situé à Ottawa, en fonction des informations envoyées par différents fournisseurs.

Les Forces armées emploient quant à elles deux équipes travaillant en parallèle pour assurer la sécurité, l'une en cherchant les «trous», et l'autre en les réparant, selon le lieutenant-colonel Michel Drapeau, commandant du Centre d'opération des réseaux à Ottawa.

En revanche, d'autres ministères ou agences que nous avons contactés n'ont pas jugé la situation problématique. Certaines pages signalées sont d'ailleurs encore actives à l'heure de mettre sous presse.

Une situation jugée «normale»

La porte-parole du ministère de la Santé, Dominique Breton, a indiqué que les vulnérabilités dans son site étaient un «problème mineur». Quelques heures plus tard, nous recevions le fameux «vrai-faux courriel» du bureau de son ministre.

Au ministère du Développement économique, de l'innovation et de l'exportation, deux pages problématiques signalées par La Presse ont été qualifiées de «comportement normal et attendu» par la porte-parole, Lucette Bouchard, qui a d'abord consulté la personne responsable de la sécurité des sites du ministère. «Les adresses de ces pages sont mal formées et les messages d'erreur affichés sont ceux attendus.»

C'est précisément cela le problème, selon Marek Roy. Ce sont ces messages d'erreur que recherchent les pirates en formulant des adresses délibérément invalides. Cette information peut leur donner des outils pour prendre le contrôle du site et y faire ce que bon leur semble.

«Les pirates qui font de simples defacements en modifiant une page web, ce n'est pas trop méchant et c'est facile à repérer, indique Marek Roy. Mais d'autres vont plus loin en pénétrant le système de façon plus poussée. C'est eux dont il faut avoir peur. Ils ne font pas de bruit et peuvent rester là longtemps sans qu'on le sache.»

Selon M. Roy, il n'en coûterait pas très cher aux gouvernements pour mettre en place des pratiques nécessaires à une correction plus rapide de ces problèmes. «Il s'agit avant tout d'un problème d'éducation sur les dangers de ces vulnérabilités. Elles ne sont pas prises assez au sérieux», juge-t-il, en précisant que des problèmes similaires arrivent fréquemment dans les sites gouvernementaux d'autres provinces ou pays.

À lire aussi :

Sécurité: des «indices» utiles aux pirates




la boite: 4391933:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Techno

Tous les plus populaires de la section Techno
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer