Source ID:; App Source:

YouTube: le pouvoir de la junte en Thaïlande

AFP
Bangkok

La censure du site d'échange de vidéos YouTube illustre les efforts désespérés déployés par la junte militaire au pouvoir en Thaïlande pour contrôler les médias.

YouTube est interdit d'accès depuis mercredi en Thaïlande après la diffusion d'une vidéo jugée insultante pour le roi Bhumibol Adulyadej, vénéré de ses concitoyens et protégé par une stricte législation contre tout crime de lèse-majesté.

Cette mesure a eu un retentissement international étant donné la popularité du site mais la junte n'est est pas à sa première censure.

Depuis qu'elle a renversé le gouvernement du Premier ministre Thaksin Shinawatra, le 19 septembre 2006, les généraux de Bangkok ont bloqué des émissions de télévisions internationales, pris le contrôle d'une chaîne privée et interdit des sites Web à connotation politique.

«La censure des médias s'est nettement accrue», souligne le politologue Thitinan Pongsudhirak.

Immédiatement après le coup d'État de septembre, les militaires avaient stationné des soldats armés dans les studios télés. Ils avaient été rappelés quelques semaines plus tard mais, le mois dernier, la junte a pris le controle de la seule chaîne privée du pays, iTV.

Le motif en a été le défaut de paiement d'une amende de 100 milliards de bahts (2,8 mds USD) infligée à la chaine à l'issue d'une bataille judiciaire sur sa licence d'exploitation.

Les organisations des droits de l'homme accusent les autorités de ne pas avoir cherché d'autre moyen de régler le différend.

La junte a par ailleurs adressé de sévères avertissements à des journaux accusés de trop écrire sur l'ancien Premier ministre Thaksin. Des émissions de CNN ou BBC sur le coup d'État ou le chef du gouvernement renversé ont également été bloquées.

Selon l'organisation Freedom Against Censorship (Liberté contre la censure), la junte a également bloqué 45 000 sites Web. 85% sont considérés comme pornographiques mais le gouvernement a également interdit des sites politiques qui diffusaient notamment des débats sur la situation dans le Sud musulman, où une rébellion a fait plus de 2000 morts.

«Le réflexe de répression reste très présent en Thaïlande. Je crois que cela date des années de la dictature», estime David Streckfuss, historien.

La Thaïlande a une longue histoire de coups d'État mais, quand le dernier avait eu lieu, en 1991, la révolution du Net en était encore à ses balbutiements dans le pays.

Cette fois-ci, les opposants ont des moyens beaucoup plus importants pour faire passer leur message.

«Les possibilités de défier le système se sont multipliées. Ils peuvent le faire en diffusant des vidéos sur YouTube, en envoyant des courriels, des SMS sur des téléphones portables...», dit M. Thitinan.

«La censure est aujourd'hui très difficile à faire appliquer, étant donné l'omniprésence de la technologie», souligne-t-il.

Le blocage de YouTube a ainsi non seulement été inefficace, car le site peut encore être consulté en Thaïlande, via un serveur étranger, mais il a plutôt envenimé les choses.

Juste après le blocage de l'accès au site en Thaïlande, et le retrait de la vidéo jugée offensante, plusieurs autres clips sont apparus, encore plus «insultants» pour le roi.

L'apparition de ces nouvelles vidéos est «un autre exemple de la stupidité et l'inefficacité de la censure», juge CJ Hinke, coordinateur de Freedom Against Censorship.

À lire aussi:

Thaïlande: roi insulté, YouTube bloqué




Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer