Rogers Communications a lancé sa nouvelle bannière Chatr dans la plupart des grandes villes canadiennes, mercredi, accroissant du même coup la concurrence qui fait rage au sein du marché de la téléphonie sans fil à rabais ciblant les utilisateurs de services de base.

La Presse Canadienne LA PRESSE CANADIENNE

Chatr offre des forfaits voix et textos illimités sans contrats, similaires à ceux que proposent déjà les nouveaux joueurs du marché Wind Mobile, Public Mobile et Mobilicity.

Mais à l'instar de certains de ses concurrents, Chatr ne permet pas, avec ses forfaits à rabais, le transfert de données permettant de surfer sur le web, de visionner des vidéos ou d'envoyer et recevoir des courriels.

Rogers, dont le siège social se trouve à Toronto, affirme que Chatr est un opérateur différent de la concurrence parce qu'il exploite un réseau fiable sur lequel il y a moins d'appels interrompus.

Chatr cible les consommateurs tels que les chauffeurs de taxi, qui souhaitent utiliser leur téléphone à leur gré sans se soucier des coûts imprévisibles, ou encore les parents dont les enfants quittent le domicile familial afin de poursuivre leurs études, a indiqué le premier vice-président de la bannière, Garrick Tiplady.

Le service est pour le moment offert à Vancouver, Calgary, Edmonton, Toronto et Ottawa. Il sera disponible à Montréal cet automne, et d'autres marchés canadiens devraient s'ajouter par la suite.

Rogers, le plus important joueur du secteur du sans-fil au Canada, exploite déjà le service Fido, qui offre également des forfaits de téléphonie sans fil prépayés.

Chats propose un forfait voix illimité à 35 $ par mois de même qu'un forfait voix et textos à 45 $ par mois. Les appareils pour ces services sont vendus à partir de 60 $.

À la Bourse de Toronto, mercredi après-midi, le cours des actions de Rogers Communications était de 35,61 $, en baisse de 1,22 $, ou un peu plus de trois pour cent, par rapport à son précédent taux de clôture.