Le match était étiquetté comme finale du curling féminin avant la véritable finale, mais s'est finalement conclu par une humiliation pure et simple.

Mis à jour le 22 févr. 2010
Sunny Dhillon LA PRESSE CANADIENNE

La Canadienne Cheryl Bernard s'est assurée d'une place en ronde éliminatoire aux Jeux olympiques de Vancouver, dimanche, en disposant facilement de la Suédoise Anette Norberg 6-2.

«Notre manque d'expérience sur la scène internationale ne sera plus un enjeu, a confié Bernard. C'est une bonne chose, car c'était un sujet de préoccupation depuis le début du tournoi olympique, parce que nous n'en avions aucune (expérience internarionale).

«Notre but était de participer aux éliminatoires après le tournoi à la ronde», a ajouté la skip canadienne.

Les deux formations ont amorcé le match avec une fiche identique de 5-1 en ronde préliminaire et trônaient au sommet du classement général.

La Suède (5-2), figure maintenant au deuxième rang de la compétition. La Chine (5-3) est cependant sur ses talons, puisqu'elle a renversé la Russie 7-4 lundi.

La Suisse a pris seule le quatrième rang, l'Allemagne et le Japon sont à égalité en cinquième position avec un dossier de 3-4, et le Danemark, la Grande-Bertagne et la Russie suivent sur un pied d'égalité à 3-5.

Les quatre premières formations accèderont au tour éliminatoire.

Martin toujours invaincu



Le «Michael Jordan du curling» n'a pas livré son meilleur match, plus tôt lundi, mais l'équipe du Canadien Kevin Martin a tout de même réussi à battre les Etats-Unis 7-2 pour un huitième gain de suite en curling masculin.

Le Canada a donné un rare vol au premier bout, avant de finalement réussir à reprendre le contrôle au quatrième. A un moment dans le match, Martin présentait un faible taux d'efficacité de 38 pour cent, tandis que son troisième, John Morris, faisait pire encore avec 13 pour cent.

«Oooh, 13, un chiffre chanceux», a rigolé Morris après que le Canada eut rebondi pour battre John Shuster et son équipe. Oui, nous avons été un peu négligents.

«Je ne crois pas que que nous ayons joué nos cinq meilleurs bouts, mais lorsque vous êtes déjà assurés de la première place de la ronde préliminaire, je crois qu'il faut s'y attendre.»

Martin a aussi ri du manque d'effort de son équipe, mais a admis que l'assurance du premier rang pour les demi-finales de jeudi a joué sur la concentration du groupe.

«Nous avons fait preuve d'un peu de suffisance ou d'un manque de concentration après la victoire importante d'hier, a expliqué le skip canadien.

«Mais dès qu'ils nous ont fait un peu peur, nous nous sommes bien replacés et nous n'avons pas manqué grand-chose dans les cinq derniers bouts.»

Martin ignore contre qui il jouera en demi-finale, mais une chose est certaine: les autres équipes, incluant les Norvégiens de Thomas Ulsrud, espèrent ne pas être son prochain adversaire.

Ulsrud, qui présente une fiche de 6-2 après avoir battu la France 9-2 lundi matin, est assuré d'une place en séries éliminatoires, mais ne sait pas quelle position il occupera.

Dans les deux autres duels du volet matinal de la compétition, lundi, l'Allemagne a vaincu la Chine 7-6 et la Suisse a eu raison de la Suède 7-3.