(Tokyo) Les commanditaires locaux ont investi un record de 3,3 milliards en appui aux Jeux olympiques de Tokyo, qui ont été reportés.

Stephen Wade
Associated Press

C’est au moins le double du montant record précédent pour des JO, et ça représente environ 60 % du budget d’opération total financé par le secteur privé. Une autre tranche de 14 % doit provenir de la vente de billets, qui pourrait être éliminée si jamais la pandémie de coronavirus force les organisateurs à présenter les Jeux olympiques à huis clos.

Puisque les JO sont reportés d’un an, les commanditaires sont sollicités pour prolonger leur entente avec le comité organisateur. Le porte-parole des JO de Tokyo, Masa Takaya, a indiqué que les pourparlers commenceront le mois prochain.

« Nous prévoyons nous asseoir avec ces entreprises, afin de modifier les clauses et les détails des ententes, d’ici très peu de temps », a confié Takaya plus tôt cette semaine en vidéoconférence avec des journalistes.

Un sondage diffusé par le télédiffuseur japonais NHK plus tôt ce mois-ci a indiqué que les deux tiers des commanditaires hésitent à prolonger leur entente d’un an.

Soixante-sept entreprises ont ratifié des ententes à titre de commanditaires locaux des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo, la plupart d’entre elles à la suite de négociations avec Dentsu Inc, un géant japonais du marketing qui a signé une entente d’exclusivité avec le comité organisateur des JO de Tokyo en 2020.

Le comité organisateur a également mentionné qu’il doit renégocier les contrats de 11 commanditaires ’TOP’, qui disposent d’ententes à long terme avec le Comité international olympique (CIO).

Le quotidien japonais Asahi a rapporté cette semaine, citant des sources anonymes, que le comité organisateur demandera « des paiements supplémentaires aux commanditaires ». Cette approche pourrait être contestée, puisque de nombreuses entreprises peinent à se relever de la pandémie et de ses conséquences économiques.

Et le comité organisateur ne peut se permettre d’être privé de revenus. Certains avancent que le report des JO de 2020 coûtera entre 2 et 6 milliards supplémentaires.

Le CIO a précisé qu’il versera 650 millions pour éponger une partie des coûts associés au report. Le reste sera assumé par le comité organisateur et les divers paliers gouvernementaux japonais.