(Sydney) Le président de la Commission de coordination du Comité international olympique en vue des Jeux de Tokyo s’est dit en désaccord mercredi face à la nécessité d’avoir un vaccin pour la COVID-19 pour présenter la gigantesque manifestation sportive l’été prochain.

Associated Press

John Coates, un avocat australien qui est également membre du CIO, dit avoir pris connaissance de l’opinion émise par des scientifiques, mais ne partage pas leur point de vue.

Dans une entrevue accordée à l’Associated Press de l’Australie, Coates a fait remarquer que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) suggère de continuer à travailler en fonction des nouvelles dates des Jeux, et que ça ne dépend pas d’un vaccin.

Coates reconnaît que l’avènement d’un vaccin serait une nouvelle positive, mais ajoute que son organisation va continuer de suivre les directives de l’OMS et des autorités sanitaires japonaises.

Mardi, Yoshitake Yokokura, le président de l’Association médicale du Japon, a affirmé que les Jeux olympiques pourraient avoir lieu en juillet 2021 seulement si les infections sont sous contrôle, pas seulement au Japon, mais également à travers le monde.

Selon Yokokura, il serait difficile de présenter les Jeux à moins que des vaccins efficaces soient développés.

Des dizaines de milliers de participants

Coates n’a pas expliqué comment 11 000 athlètes olympiques et 4400 athlètes paralympiques, provenant de plus de 200 nations et territoires, pourraient entrer de façon sécuritaire – et sortir – du Japon sans propager le virus. Ces athlètes seraient hébergés ensemble au village olympique.

Ces gens seraient aussi accompagnés par des milliers de membres du personnel, des instructeurs, et des milliers d’officiels techniques qui doivent gérer les compétitions. À cela, il faut également ajouter des milliers de diffuseurs, qui versent des milliards de dollars pour les droits de diffusion des Jeux, un détail critique surtout si les Jeux ont lieu avec un nombre limité de spectateurs.

Coates affirme que beaucoup de travail a été accompli depuis le report des Jeux, et que l’on envisage toujours tenir les Jeux olympiques et paralympiques sur 43 sites de compétition.

Devi Sridhar, une professeure de santé mondiale à l’Université d’Édimbourg, en Écosse, a également déclaré que la tenue des Jeux olympiques pourrait dépendre de la découverte d’un vaccin. Ce raisonnement pourrait aussi s’appliquer pour les Jeux olympiques d’hiver de Pékin, en 2022.

Selon des données de l’Université Johns Hopkins publiées mercredi, le Japon avait rapporté environ 13 700 cas de la COVID-19 et 394 décès.

Lors de l’annonce du report des Jeux d’été de Tokyo le mois dernier, le président du CIO, Thomas Bach, et le premier ministre du Japon, Shinzo Abe, avaient décrété que l’évènement ne pourrait pas être présenté au-delà de l’été de 2021.