(Londres) Les membres du comité des athlètes de l’Agence mondiale antidopage, parmi lesquels figurent l’ex-fondeuse canadienne Beckie Scott et l’ex-hockeyeuse Hayley Wickenheiser, ont demandé que la Russie soit totalement exclue des Jeux olympiques, a révélé la chaîne BBC dimanche.

La Presse canadienne

La Russie a été déclarée inadmissible à la suite des révélations explosives portant sur la manipulation des bases de données provenant du laboratoire antidopage de Moscou, avant qu’elles ne soient acheminées aux enquêteurs de l’AMA.

Un comité avait d’ailleurs recommandé une série de sanctions — dont l’interdiction pour la Russie d’organiser ou de participer à des compétitions sportives internationales.

Le Comité international olympique avait déjà laissé planer la possibilité de permettre aux athlètes russes de participer aux compétitions sous une bannière neutre, comme ce fut le cas aux Jeux d’hiver de PyeongChang en 2018.

Mais la plupart des membres du comité des athlètes de l’AMA ont indiqué qu’« ils croient que la seule mesure appropriée soit une suspension totale de la Russie », ce qui signifie que ses athlètes devraient être écartés des JO de Tokyo l’été prochain et — possiblement — de ceux d’hiver de Pékin, en 2022.

Par voie de communiqué, neuf des 17 membres du comité, dont Scott, ont déclaré que cette décision « était la seule sanction appropriée ».

PHOTO JEFF MCINTOSH, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

L’ex-fondeuse canadienne, Beckie Scott

« Je suis l’une des neuf membres du comité des athlètes de l’AMA qui appuient une suspension complète, a écrit sur Twitter la paracycliste américaine Greta Neimanas. Le gouvernement RUS a trahi ses propres athlètes en trichant et en optant pour la tromperie. Si la prochaine génération veut un avenir sain et sécuritaire, alors des changements significatifs doivent être apportés. »

L’AMA se réunira à Lausanne, en Suisse, lundi, afin de discuter des éventuelles sanctions contre la Russie.